Le 16 Janvier 2019  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

18 janv. 2019
à 9h00

synthèse environnementale:
Juanita Rodríguez


22 janv. 2019
à 13h30

synthèse environnementale:
Emmanuel Amoah Boakye


 facebook
Panopto Youtube

David Gervais

David Gervais a complété un baccalauréat en biologie (majeur en écologie) à l’université Concordia en 2005. Il est inscrit à la maîtrise en biologie à l’université Concordia sous la direction de David Greene et la co-direction de Timothy Work. Ses travaux traitent du lien entre l’hétérogénéité des habitats post-feux et la répartition des attaques des longicornes sur l’épinette noire. Il est aussi question des effets de la coupe de récupération des bois brûlés sur la biodiversité des coléoptères saproxyliques en Abitibi/Baie James.

Courriel : gervais3[at]gmail.com

Titre du projet : Cerambycid invasion of recent burns

Description : 1) Le bois mort est une ressource importante pour plusieurs espèces d’insectes qui s’y nourrissent et s’y reproduisent. Les forêts brûlées représentent une source importante de bois mort dans la forêt boréale et elles sont colonisées très rapidement par les coléoptères saproxyliques. Certaines de ces espèces colonisatrices produisent des larves qui se nourrissent du phloème dans les premiers stades larvaire. Ces larves pénètrent ensuite dans le xylème pour compléter leur développement (familles Cerambycidae, Buprestidae et Curculonidae - genre Scolytidae). La dépréciation du bois entraîné par la formation de galeries lors du développement des larves de coléoptères xylophages est un véritable fléau pour les compagnies forestières. Des études récentes démontrent que la répartition du dommage a l’échelle du feu n’est pas homogène. Il y a des arbres qui exhibent un taux d’attaque élevé, c’est-à-dire qu’on y retrouve quelques centaines de trous dans le premier mètre du tronc, et d’autres qui démontrent très peu ou aucun dommage. Plusieurs facteurs environnementaux tels que l’altitude et la distance du périmètre du feu ont été associés à cette hétérogénéité, mais aucun des facteurs étudiés réussis à expliquer ce phénomène de façon concluante. Ce projet a comme objectif d’explorer les liens entre la variation observée dans la répartition du dommage et l’hétérogénéité de la sévérité/intensité du feu. L’échantillonnage pour ce projet a été effectué a l’été 2007 dans 4 feux de 2005 situés aux alentours de Chibougamau (feux # 277, 278, 256, 298).

2) La fréquence des opérations forestières dans les forêts brûlées du Québec augmente depuis les 20 dernières années, notamment dû aux modifications apportées à l’article 79 de la Loi sur les Forêts. Les forêts brûlées présentent des caractéristiques uniques et sont composées d’habitats exploités par plusieurs espèces qui font l’utilisation d’arbres morts ou moribonds. Les études qui portent sur les impacts de la coupe de récupération des bois brûlés démontrent en générale des effets néfastes à tous les niveaux de l’écosystème. Dans le cadre de l’aménagement écosystémique éventuel, il est essentiel de bien comprendre la dynamique entre les feux et les espèces qui y sont associées pour ainsi mieux diriger les opérations de récupération des bois brûlés. Le but de ce projet est d’évaluer les effets de la récupération des bois brûlés sur la biodiversité des coléoptères saproxyliques. L’échantillonnage a été effectué dans un feu de 2005 (#583, situé entre Lebel-sur-Quévillon et Senneterre en Abitibi) à l’été 2006 et 2007 à l’aide de pièges d’interception en vol.

Directeur : David F. Greene

Co-Directeur : Timothy Work

Formation académique:

  • Maitrise en biologie, Université Concordia, 2010
  • Baccalauréat biologie - écologie, Université Concordia, 2005

Publications : (voir la liste complète)

  1. David Gervais, David M. Green, Timothy Work, 2012. Woodpecker excavations suitability for and occupancy by cavity users in the boreal mixedwood forest of eastern Canada Ecoscience 19(4):391-397













Read in english

Retour à la page des membres