Le 17 Octobre 2018  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

17 oct. 2018
à 12h15

Axe écologie:
Jon Wang


23 oct. 2018
à 12h00

midi-foresterie:
Yan Boucher


24 oct. 2018
à 12h15

Axe écologie:
Denis Reale


 facebook
Panopto Youtube

Jonathan Gagnon

Courriel : jonathan.gagnon2[at]uqat.ca

Titre du projet : Effet de la perte et de la fragmentation d’habitat sur le succès reproducteur de la Petite Nyctale (Aegolius acadicus).

Description :

Afin d’assurer la pérennité de la Petite Nyctale, il faut s’assurer qu'il y ait suffisamment d'habitat adéquat non seulement pour l'occupation du territoire, mais aussi pour la reproduction.

Il est important de connaître la qualité minimale d’un milieu qui puisse permettre un succès reproducteur (nombre d’ œufs pondus et éclos, condition corporelle des jeunes, leur taux de croissance et le nombre d'entre eux envolés) pour un couple donné dans son domaine vital. Ce travail permettra de connaître le taux de perte d’habitat dans le paysage que peut tolérer la Petite Nyctale pour assurer le succès de sa reproduction. Pour ce faire, un réseau de 310 nichoir a été installé dans les forêts des MRC de Rouyn-Noranda, D'Abitibi-Ouest et d'Abitibi (environ 10 000 km²)

Hypothèses

Le terrain me permettant de récolter une multitude de données, j'ai décidé d'élargir le spectre des conclusions que je pouvais tirer des habitudes de la Petite Nyctale.

  1. La perte et la fragmentation des habitats forestiers affecteront négativement l’occupation des sites forestiers par la Petite Nyctale.La probabilité d’occupation de nichoirs sera affectée négativement par la proportion d’habitats sub optimaux (coupes forestières, friches, champs agricoles, etc.) dans un rayon de 370 m, 800 m et 1700 m
  2. Le régime alimentaire de l’espèce ne sera pas affecté par la composition du paysage environnant les nichoirs. La diète ne devrait pas refléter de caractères généralistes au niveau des espèces de rongeurs chassés. En effet, une grande proportion de proies devraient être constitué de Campagnol à dos roux de Gapper (Myodes gapperi).
  3. Le succès reproducteur des couples nicheurs (i.e. : le nombre d’œufs pondus , le nombre d’œufs éclos, la condition corporelle des jeunes, leur taux de croissance tout au long de la saison et le nombre d’entre eux qui se sont envolés) devrait diminuer avec l’augmentation de la perte de couvert forestier et de son niveau de fragmentation. Une relation inverse devrait être observée pour le taux de prédation des œufs, ainsi que sur le taux de prédation des jeunes.
  4. Les adultes nichant dans des sites plus perturbés par la fragmentation et la perte d’habitat auront une moins bonne santé physique que sur des sites peu perturbés, ce qui sera également observable sur les jeunes produits dans ces mêmes types d’habitats. Les adultes, tout comme les jeunes, devraient présenter certaines particularités au niveau du taux de leucocytes dans leur sang, plus particulièrement au niveau du ratio hétérophiles/lymphocytes (H/L) utilisé comme indicateur de stress. De plus, nous prévoyons que le nombre de parasites sanguins devrait augmenter dans les milieux perturbés. 

Directeur : Louis Imbeau

Co-Directeur : Marc Mazerolle

Formation académique:

  • Maîtrise en biologie Université du Québec en Abitibi Témiscamingue (2013)
  • Baccalauréat en écologie Université de Sherbrooke (2008)
  • Technique collégiale Technologie forestière, Cégep de l'Abitbi Témiscamingue, (2004)

Publications : (voir la liste complète)

  1. Dominique Fauteux, Gilles Lupien, François Fabianek, Jonathan Gagnon, Marion Séguy, Louis Imbeau, 2014. An illustrated key to the mandibles of small mammals of eastern Canada. Can. Field Nat. 128(1) : 25-37

    resume
  2. Jonathan Gagnon, 2013. Alimentation, sélection d'habitat et succès reproducteur de la petite nyctale (Aegolius acadicus) en forêt boréale mixte au Québec Mémoire de maîtrise en biologie, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. 124 p.

    resume
  3. Jonathan Gagnon, M.-J. Vanger Haeghe, Louis Imbeau, Jean Lapointe, S. Trudel, 2012. Premier inventaire de la population de grèbe jougris nichant localement à Rouyn-Noranda, étés 2010 et 2011 Le Naturaliste canadien 136(1):74-79

    resume












Read in english

Retour à la page des membres