Le 15 Décembre 2018  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

17 déc. 2018
à 8h30

synthèse environnementale:
Mathilde Marchais


 facebook
Panopto Youtube

Emilie Chavel

Originaire de France, ma formation académique et professionnelle s’est majoritairement réalisée à l’étranger, en partant d’Ecosse et continuant vers l’Est, jusqu’à finalement poser mes valises en Abitibi.

Après avoir obtenu une maîtrise en biologie et conservation, je souhaitais acquérir le plus d’expérience possible en travaillant sur différents terrains et avec différents taxons animales. Cette ligne de conduite me semblait être la meilleure stratégie à adopter lorsqu’on se destine à travailler dans la conservation. Il faut pouvoir comprendre la faune dans son intégralité, quelque soit l’habitat dans lequel elle vit, quelque soit la dynamique présente dans cet habitat et selon que cette dynamique soit naturelle ou résultant d’actions anthropogéniques

Emilie est récipiendaire de la meilleure présentation « Ma thèse en 180 secondes » édition 2015 de l'UQAT. Elle représentera l'Abitibi lors de la grande finale provinciale qui aura lieu à Rimouski

Courriel : emilie.chavel[at]uqat.ca

Titre du projet : Rôle des îlots résiduels dans le maintien des mammifères ayant une faible capacité de dispersion en pessière.

Description :

Appliquer un aménagement écosystémique de la forêt est le défi qu’ont relevé plusieurs pays comme l’Australie et les pays scandinaves. Au Canada, cette approche vise à mimer les patrons de grands feux, puisque ces derniers représentent les perturbations dominantes et donc un des processus majeurs à la base de la dynamique fonctionnelle de la forêt boréale. Contrairement à ce qui pourrait être pensé, les feux ne brûlent pas tout sur leur passage : ils laissent des îlots de forêt intacts au sein même des brulis. 

Reconnaissant l’importance des ces structures résiduelles, le MRN impose d’une part un maintien de couvert résiduel dans une proportion des CPRS, et d’autre part lemaintien d’une proportion de vieilles forêts dans le paysage. Ces exigences découlent directement d’études qui ont tenté de caractériser et d’étudier la dynamique des îlots créés par processus naturels ou anthropogéniques (comme ceux de rétention dans les coupes). 

Pourtant, très peu se sont vraiment attardées à la comparaison entre îlots résiduels post-feu et îlots de rétention en coupes, malgré que ces derniers découlent des premiers dans la manière dont ils ont été établis. De plus, selon un des objectifs de la stratégie d’aménagement durable des forêts, les structures résiduelles issues de l’aménagement forestier doivent « procurer des refuges et des foyers de recolonisation pour la flore et la faune ». Aucune étude n’a abordé ce sujet avec pour appui la dynamique d’une communauté de petits mammifères à faible capacité de dispersion. Cet angle de recherche aurait l’avantage de reporter à la fois la justesse de l’approche écosystémique et l’efficacité des structures résiduelles à rencontrer cet objectif. Cette approche serait d’autant plus pertinente pour l’étude du rôle des structures résiduelles dans le maintien d’espèces animales à capacité de dispersion réduite, particulièrement dans les premières années suivant les perturbations.

OBJECTIFS

L’objectif général de cette étude est de définir les attributs de la structure matricielle à conserver en forêt boréale pour garantir la fonction écosystémique des aménagements forestiers, en présence d’espèces à faible capacité de dispersion. Ainsi, elle vise principalement à comparer les structures résiduelles dictées par les normes d'aménagement du MRN à celles laissées après feu, et ceci du point de vue de la petite faune mammalienne. 

  • Quels sont les facteurs physiques de l’habitat ainsi que les facteurs spatio-temporels qui influencent l’occupation ainsi que la dynamique de colonisation et d’extinction des petits mammifères terrestres ? Ceci permettra d'élaborer sur la dynamique et la structure des îlots résiduels après feu et après coupe.
  • Quel est le rôle des îlots résiduels dans le maintien de mammifères à faible capacité de dispersion associés aux vieilles forêts et plus particulièrement le campagnol à dos roux de Gapper (Clethrionomys gapperi) et sur le grand polatouche (Glaucomys sabrinus) ? Nous mettrons alors en évidence les facteurs physiques, spatiaux et temporels des structures résiduelles aménagées qui favorisent leur présence et leur co-occurrence avec des espèces moins sensibles aux perturbations telles que le campagnol des champs (Microtus pennsylvanicus) ou l’écureuil roux (Tamiasciurus hudsonicus).

REMERCIEMENTS

~ Aides Formation 
Dominique Fauteux (U.Laval), Pauline Priol 

~ Stagiaires 
Juliette Duranleau (U.Sherbrooke), Michaël Paquin (CEGEP Ste-Foy), Mélanie Roy (Centre de Formation de l'Harricana) 

~ Aides de terrain 
Marion Barbé  (UQAT), Jonathan Champagne, Marine Pacé  (UQAT), Pauline Suffice (UQAT)

~ Techniciens 
Danielle Charron (UQAM), Reynald Julien  (Station Duparquet), Marie-Hélène Longpré (UQAT)

~ Chercheurs collaborateurs et encadrants 
Igor Drobyshev (FERLD), Nicole Fenton (UQAT)

Directeur : Louis Imbeau

Co-Directeur : Marc Mazerolle, Pierre Drapeau

Formation académique:

  • Doctorat en sciences de l’environnement, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Rouyn-Noranda, Qc, 2007 à ce jour
  • MSc Wildlife Biology and Conservation, Napier University, Edimbourg, Ecosse, Septembre 2006-Septembre 2007
  • BSc (Hons) Animal Biology, Napier University, Edimbourg, Ecosse, Septembre 2004-Juillet 2006

INTÉRÊTS DE RECHERCHE

  • Gestion de la faune menacée
  • Aménagement forestier durable
  • Analyses de populations
  • Herpétologie

Publications : (voir la liste complète)

  1. Emilie Chavel, Louis Imbeau, Marc Mazerolle, Pierre Drapeau, 2017. Boreal small mammals show evidence of density-dependent patterns with area-sensitivity. For. Ecol. Manage. 400:485-501 DOI:10.1016/j.foreco.2017.06.008

    resume
  2. Emilie Chavel, Marc Mazerolle, Louis Imbeau, Pierre Drapeau, 2017. Comparative evaluation of three sampling methods to estimate detection probability of American red squirrels (Tamiasciurus hudsonicus). Mammalian Biology 83:1-9 DOI:10.1016/j.mambio.2016.11.003

    resume
  3. Marion Barbé, Emilie Chavel, Nicole J. Fenton, Louis Imbeau, Marc Mazerolle, Pierre Drapeau, Yves Bergeron, 2016. Dispersal of bryophytes and ferns is facilitated by small mammals in the boreal forest. Ecoscience 23(3-4):67-76 DOI:10.1080/11956860.2016.1235917

    resume












Read in english

Retour à la page des membres