Le 18 Octobre 2018  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

23 oct. 2018
à 12h00

midi-foresterie:
Yan Boucher


24 oct. 2018
à 12h15

Axe écologie:
Denis Reale


 facebook
Panopto Youtube

Mélissande Nagati

Courriel : melissande.nagati[at]uqat.ca

Titre du projet : Rôle du couvert végétal et des micro-organismes sur l'établissement du sapin en forêt boréale

Description : Le sapin est l'espèce dominante dans le sud des forêts boréales canadiennes. Après perturbation (feu par exemple), la germination et la croissance des graines de sapin est bien plus importante sous couvert de peuplier que d'épinette. L'objectif de la thèse est de comprendre quels sont les facteurs biotiques et abiotiques facilitant la régénération du sapin. Plusieurs hypothèses non antagonistes peuvent être formulées à propos de cette facilitation d'établissement du sapin par le peuplier. Premièrement, la lumière est plus importante sous peuplier, due à la caducité du feuillage et à un sous-bois assez clairsemé si comparé à celui présent sous l'épinette, ou les éricacées forment de gros patchs dense. Le sapin pourrait souffrir d'une plus forte compétition pour la lumière sous l'épinette. Deuxièmement, les sapins tout comme l'épinette et le peuplier sont des arbres ectomycorhiziens, associés à des champignons mutualistes qui colonisent leurs racines. La mycorhization est un facteur essentiel à la croissance et la survie des plantes. Les échanges en terme de minéraux et sucres sont importants entre la plante et le champignon ; la plante reçoit des minéraux en échange de sucres issus de la photosynthèse. Par ailleurs, un plus faible taux de mycorhization à un impact négatif sur la survie des jeunes sapins. On peut supposer que la croissance et la survie des sapins est limitée sous les epinettes si les sapins ne trouvent pas les champignons dans le milieu, et qu'il ne les partage pas avec les epinettes. On suppose alors que le partage avec les peupliers est plus important, et que la colonisation est aussi plus forte sous peuplier.

Directeur : Yves Bergeron

Co-Directeur : Annie DesRochers

Comité d'encadrement : Monique Gardes, Mélanie Roy

Formation académique:

  • Master Biologie Ecologie Evolution, Université Paul Sabatier, Toulouse, France (2014)
  • Licence Biologie des Organismes, des Populations et des Ecosystèmes, Université Paul Sabatier, Toulouse France (2012)

Publications : (voir la liste complète)

  1. Mélissande Nagati, Mélanie Roy, Sophie Manzi, Frank Richard, Annie DesRochers, Monique Gardes, Yves Bergeron, 2018. Impact of local forest composition on soil fungal communities in a mixed boreal forest. Plant and soil. Online first DOI:10.1007/s11104-018-3806-3

    resume












Read in english

Retour à la page des membres