Suzanne Brais
   

Le 21 Octobre 2019  

? cherchez :  

Suzanne Brais

Suzanne Brais est titulaire d’un Baccalauréat en biologie (UQAM 1984), d’une maîtrise en Sciences de l’Environnement (UQAM, 1987) et d’un doctorat en Sciences forestières (Université Laval 1997). De 1990 à 1998, elle a travaillé comme agente de recherche à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue tout en complétant sa thèse de doctorat. Depuis 1998, elle y œuvre en tant que professeure-chercheure attachée à la chaire AFD. Elle est également membre du Centre d'Étude de la Forêt (CEF). Spécialiste en sol et nutrition forestière, elle s’intéresse principalement aux impacts des interventions forestières et des perturbations naturelles sur la résilience et productivité à long terme des écosystèmes.

Axes de Recherche

Impacts des perturbations naturelles et anthropiques sur la résilience des écosystèmes, les réserves de nutriments et la qualité de la matière organique du sol

La résilience et le maintien de la productivité des écosystèmes forestiers sont liés à leur capacité de limiter leurs pertes de nutriments suite à une perturbation majeure et de synchroniser, au cours de la succession, la demande nutritive exercée par le peuplement et la mise en disponibilité de ces derniers. Le maintien de cette productivité a, par le passé, été associé au maintien des réserves en nutriments du sol et le contentieux lié à l’extraction de la biomasse et des nutriments contenus dans les branches des arbres au cours de la récolte forestière a été à l’origine d’une majorité d’études relatives à la nutrition forestière. La combustion de la matière organique au cours des incendies forestiers engendrent aussi des pertes importantes en éléments nutritifs pour les écosystèmes forestiers. Par ailleurs, la coupe de récupération suite aux incendies forestiers est une pratique de plus en plus répandue qui interfère avec les mécanismes impliqués dans la résilience dont l’immobilisation à court terme par la végétation de sous-bois et l’immobilisation à long terme par les résidus ligneux grossiers. Par le biais d’études rétrospectives et à partir de bilan géochimiques, nous avons documenté l’ampleur de ces phénomènes pour différents écosystèmes boréaux.

Par ailleurs, nous souhaitons élargir le débat à la contribution des résidus ligneux grossiers, produits par mortalité et décomposition des tiges ligneuses, au maintien de la matière organique du sol et à la contribution de cette matière organique aux caractéristiques physiques du sol, notamment à sa capacité de rétention en eau. Finalement, les impacts liés aux pratiques d’aménagement forestier seront étudiés à la lumière des processus ayant cours dans les écosystèmes soumis à des perturbations naturelles. Les résultats obtenus serviront de base à l’établissement d’indicateurs du maintien de la productivité des écosystèmes forestiers boréaux et au développement de pratiques d’aménagement forestier plus proche de la dynamique naturelle des écosystèmes.

  • Paré, D., Rochon, P. and Brais, S. 2002. Assessing the geochemical balance of managed boreal forests. Ecological Indicators 28:1-19.
  • Brais, S., Paré, D., Camiré, C., Rochon, P. & Vasseur, C. 2002. Nitrogen net mineralization and dynamics following whole-tree harvesting and winter windrowing on clayey sites of northwestern Québec. For. Ecol. Manage. 157: 119-130.
  • Brais, S., Paré, D. Ouimet, R. 2000. Impacts of wild fires on the nutrient balance of jack pine and black spruce boreal stands: Effects of fire severity and salvage harvesting. Forest Ecology and Management 137: 231-243.
  • Brais, S., Camiré, C. Paré, D. 1995. Impacts of whole-tree harvesting and winter windrowing on soil pH and base status of clayey sites in northwestern Quebec. Can. J. For. Res. 25: 997-1007.

Sylviculture et aménagement écosystémique de la forêt boréale mélangée: le projet SAFE.

Ce projet est fondé sur les modèles conceptuels d’aménagement écosystémique, développés à partir des connaissances de la dynamique forestière naturelle et appliqués aux échelles du peuplement et du paysage de la forêt boréale mixte. L’objectif général est de développer des systèmes sylvicoles fidèles à la dynamique naturelle de la forêt boréale mixte qui permettent d’atteindre les objectifs de maintien de la biodiversité, des cycles et de la productivité des écosystèmes tout en soutenant une industrie forestière compétitive. Plus spécifiquement, nous visons à évaluer, pour la forêt boréale mixte typique du nord-ouest québécois, des méthodes de récolte forestière, de remise en production et de gestion des résidus qui maintiennent (1) la diversité biologique à l’intérieur de certaines communautés indicatrices à une échelle fine ; (2) les patrons spatiaux de la structure forestière et (3) l’intégrité fonctionnelle des écosystèmes. Le projet est réalisé dans la Forêt d’enseignement et de recherche du lac Duparquet. Nous avons mis en place trois dispositifs expérimentaux dans des peuplements issus de feux et dont l’âge était de 75, 175 et 235 ans. Le suivi de ces dispositifs est axé sur la compréhension des processus qui sous-tendent la réponse des peuplements. Le projet implique des chercheurs de plusieurs Universités québécoises, du Service canadien des forêts et du Ministère des ressources naturelles du Québec. Pour en savoir plus : http://web2.uqat.uquebec.ca/safe

  • Calogeropoulos, C., Greene, D.F., Messier, C. and Brais, S. 2002. Refining tree recruitment models. Can. J. For. Res. 33: 41-46.
  • Chagnon, M., Paré, D., Brais, S. 2001 La biodiversité des collemboles et les débris ligneux après coupe. Le naturaliste canadien 125 (3) : 122-125.

Caractérisation biophysique des sentiers de débardage dans le coupe avec protection de la régénération et des sols (CPRS).

La coupe avec protection de la régénération et des sols constitue la méthode de récolte privilégiée dans la forêt boréale québécoise. Au cours de la récolte, le passage de la machinerie est concentré dans des sentiers également espacés créant ainsi un patron de perturbation régulier. La perturbation est maximale dans le sentier, intermédiaire en bordure de ce dernier et minimale dans le centre des inter-bandes. Nous avons décrit pour deux grands groupes de sol typiques de l’Abitibi, la sévérité et l’étendue du compactage du sol sur ces parterres de coupe. Nous avons aussi établis les relations entre le nombre de passages exercés par la débusqueuse, la sévérité du compactage et la croissance de la régénération artificielle au cours des cinq premières années suivant son établissement. Nous avons aussi suivi la dynamique de la végétation compétitive et de la régénération naturelle pour une période de sept ans après CPRS.

  • Harvey, B., Brais, S. 2002. Effects of mechanized careful logging on natural regeneration and vegetation competition in the southeastern Canadian boreal forest. Can. J. For. Res. 32 :653-666.
  • Brais, S. 2001. Persistence of soil compaction and effects on seedling growth in northwestern Quebec. SSSA Journal 65 1263-1271.
  • Brais, S. et Camiré C. 1998. Soil compaction in the clay belt region of northwestern Quebec (Canada). Can. J. Soil Sci. 78 :197-206.

Publications récentes :

  • SMIRNOVA, E., BERGERON, Y. AND BRAIS, S. 2008. Influence of fire intensity on structure and composition of jack pine stands in the boreal forest of Quebec: Live trees, understory vegetation and dead wood dynamics. For. Ecol. Manage. 255(7): 2916-2927.

  • SMIRNOVA, E., BERGERON, Y., BRAIS, S., AND ANDERS, G. 2008. Postfire root distribution of Scots pine in relation to fire behaviour. Can. J. For. Res. 38(2): 353-362.

  • BOURGEOIS, L., KNEESHAW, D., IMBEAU, L., BÉLANGER, N., YAMASAKI, S., AND BRAIS, S. 2007. How do Alberta’s, Ontario’s and Quebec’s forest operation laws respect ecological sustainable forest management criteria in the boreal forest? For. Chron. 83(1):61-71.

  • HARVEY, B.D., AND BRAIS, S. 2007. Partial cutting as an analogue to stem exclusion and dieback in trembling aspen (Populus tremuloides) dominated boreal mixedwoods: implications for deadwood dynamics. Can. J. For. Res. 37(9): 1525–1533.

  • HAEUSSLER, S., BERGERON, Y., BRAIS, S., AND HARVEY, B. 2007. Natural dynamics-based silviculture for maintaining plant biodiversity in Populus tremuloides-dominated forest of eastern Canada. Can. J. Bot. 85(12): 1158-1170

  • BRAIS, S., PARÉ, D., AND LIERMAN, C. 2006. Tree bole mineralization rates of four species of the Canadian eastern boreal forest: implications for nutrient dynamics following stand-replacing disturbances. . Can. J. For. Res. 36(9):2331-2340

  • BELLEAU, A., BRAIS, S., AND PARÉ, D. 2006. Soil nutrient dynamics after harvesting and slash treatments in boreal aspen stands. Soil Sci. Soc. Am. J. 70: 1189-1199.

  • BRAIS, S., SADI, F., BERGERON, Y., AND GRENIER, Y. 2005. Coarse woody debris dynamics in a post-fire jack pine chronosequence and its relation with site productivity. For. Ecol. Manage. 220(1-3):216-226.

  • BOURGEOIS, L., MESSIER, C., AND BRAIS, S. 2004. Mountain maple and balsam fir early response to partial and clear-cut harvesting under aspen stands of northern Quebec. Can. J. For. Res. 34(10):2049-2059

  • PURDON, M., BRAIS, S., AND BERGERON, Y. 2004. Initial response of understorey vegetation to fire severity and salvage-logging in the southern boreal forest of Québec. Applied Vegetation Science. 7:49-60.

Étudiants sous la direction ou la co-direction de Suzanne Brais:

Maîtrise

Doctorat

Post-Doctorat

Jean-Philippe Michel

Émilie Robert

Venceslas-Claude Goudiaby

Hedi Kebli

Eugénia Smirnova

Manuella Strukelj-Humphery

Étudiants diplômés sous la direction ou la co-direction de Suzanne Brais:

Maîtrise

Doctorat

 

Fateh Sadi (2007)

Inès Moussavou (2006)

Benoît Lapointe (2004)

Annie Belleau (2002)

Catherine Calogeropoulos (2001)

Mark Purdon (2001)