Le 17 Juillet 2018  

? cherchez :  

Communiqués ACFAS : VIRGINIE-ARIELLE ANGERS : Lauréate du concours de vulgarisation scientifique de DéCOUVRIR.

Virginie-Arielle Angers, étudiante à la maîtrise en biologie au GREFi (Groupe de recherche en écologie forestière interuniversitaire), a reçu un des cinq prix du Concours de vulgarisation scientifique de Découvrir, la revue de la recherche de l'Acfas, le 4 juin dernier.

Selon le communiqué de presse de l'ACFAS, 'on estime à plus de 25% les espèces de vertébrés forestiers faisant usage du bois mort au cours de leur vie. Que se passe-t-il alors quand les forêts sont « trop propres » ou exploitées trop intensément ? Une crise du logement. en forêt ? Tout probablement, et crise alimentaire aussi, nous apprend Virginie-Arielle Angers. Dans les arbres morts, le pic fait son nid. Puis, ce nid devient abri pour le canard branchu, les chauves-souris ou les abeilles. Au sol, dans les débris ligneux, l'ours prend sa collation de fourmis, la salamandre pond ses oeufs, l'écureuil cache ses glands et les lichens se développent. En Scandinavie, où madame Angers a fait un stage d'étude, on teste présentement des méthodes pour tuer des arbres en santé afin de ramener le peuple du bois mort. En aménagement des forêts, on ne peut faire fi de la riche complexité des interrelations et il y a de belles leçons à tirer de la grande expérience de la nature en matière de récupération et de recyclage.'

Madame Angers se mérite ainsi un prix de 2000 $. Son texte a fait l'objet d'une publication dans le quotidien La Presse durant l'été 2003. Le texte est disponible sur le site Web de l'ACFAS.

Félicitations Virginie!

retour à la liste des communiqués

Dernières nouvelles:

12 juil. 2018:
L'une des rares plantations de bouleaux à papier sur friche agricole a 10 ans


12 juil. 2018:
Une doctorante de l’UQAT reconstitue les températures holocènes pour comprendre les feux de forêt


2 juil. 2018:
IRF est à Radio-Canada cet été avec la « chronique forêt »


2 juil. 2018:
Les îlots post-coupe, une méthode questionnée par une doctorante de l'UQAT