Le 18 Août 2018  

? cherchez :  

Communiqués UQAT : Une doctorante de l’UQAT revoit le processus pour connaître l’impact des feux de forêt

Rouyn-Noranda, le 15 décembre 2016 – Bien qu'il soit connu que les changements climatiques soient à l'origine d'une future intensification régionale de la fréquence des feux en forêt boréale, leurs effets sur la taille de ces feux ainsi que les changements de végétation pouvant en résulter sont toutefois encore incertains. Afin de mieux comprendre les causes et les conséquences des variations de taille des feux, la doctorante en sciences de l'environnement à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Cécile Remy, s'est penchée sur l'étude de la forêt coniférienne de part et d'autre de la frontière Québec-Labrador.

Cécile RémyCécile Rémy © Pauline Suffice

Selon Mme Remy, les modèles de simulation en place couramment utilisés pour anticiper les changements de régime des feux et leurs impacts futurs se doivent d'être affinés. « Des modèles de simulations à large échelle basés sur des données historiques sont couramment utilisés pour essayer d'anticiper les changements de régime des feux et leurs impacts futurs. Cependant, des facteurs plus locaux tels que la topographie, la végétation, la nature des sols et un profil climatique ou météorologique particulier peuvent impacter l'activité de feux », a souligné la doctorante lors de la soutenance de sa thèse qui avait lieu le 15 décembre dernier au campus de l'UQAT à Rouyn-Noranda.

L'étude de Mme Remy a permis de mettre en évidence l'impact jusqu'alors sous-estimé de la taille des feux sur la dynamique de végétation à long terme dans les forêts boréales conifériennes du Québec-Labrador. Selon la doctorante, les conditions prérequises à l'éclosion des grands feux diffèrent régionalement. Pour pouvoir mieux anticiper la gestion des futures forêts, il est recommandé d'étudier plus finement ces processus à l'échelle des zones les plus homogènes possible en termes de végétation, topographie, nature des sols et le climat.

Intitulée « Spatio-temporalité des dynamiques de feux et de végétation au cours de l'holocène en forêt boréale coniférienne (Québec-Labrador) », la thèse de Cécile Remy fut réalisée sous la direction du professeur Yves Bergeron, Ph. D. de l'Institut de recherche sur les forêts (IRF-UQAT), et de Christelle Hély-Alleaume, Ph. D., de l'Université de Montpellier ainsi que sous la codirection des professeurs Martin Lavoie, Ph. D., de l'Université Laval, et Adam A. Ali, Ph. D., de l'Université de Montpellier.

Cémentine Ols
Didier Galop, Sylvie Gauthier, Adam Ali, Cécile Rémy, Dan Gavin, Christelle Hély et Yves Bergeron. © Pauline Suffice

— 30 —

Note aux médias : À noter que d'ici le vendredi 16 décembre, l'UQAT accueille trois chercheurs français et un chercheur américain, tous spécialistes des incendies forestiers et cela à travers les forêts boréales ou de montagnes à travers le monde. Ces derniers assisteront d'ailleurs à la soutenance de thèse de Mme Remy. Si vous désirez une entrevue avec Mme Remy, un chercheur invité pourra accompagner la doctorante.

Nathalie Cossette, agente d'information
Service des communications et du recrutement 
819 762-0971 poste 2628

retour à la liste des communiqués

Dernières nouvelles:

15 août 2018:
Candidat au doctorat recherché pour un projet portant sur l'impact de l’aménagement sylvicole sur la sensibilité aux changements climatiques du bilan carbone de peuplements situés à la limite nordique de la zone d’exploitation forestière


2 août 2018:
Des feux plus fréquents dans l’est du Canada comme celui qui fait rage en Ontario...entrevue avec Yves Bergeron


30 juil. 2018:
Programme d’aide au financement des congrès et stages du CEF