Le 23 Mai 2017  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

23 mai 2017
à 12h00

midi-foresterie:
Étienne Laliberté


24 mai 2017
à 9h00

soutenance thèse:
Mourad Saddem


 facebook
Panopto Youtube

Je me souviens…

Stéphane Castonguay, titulaire de la chaire de recherche du Canada en Histoire Environnementale du Québec à l’Université du Québec à Trois Rivière, nous a présenté, dans le cadre des midis de la foresterie le 20 mars dernier, une conférence sous le titre : La forêt québécoise, son histoire et ses sciences.

Lors de cette conférence, il a développé trois points incontournables dans l’histoire forestière du Québec :

  • La conservation de la forêt comme préoccupation politique;
  • La protection de la forêt contre les insectes;
  • La régénération de la forêt par le reboisement.

Selon le professeur Castonguay, l’histoire environnementale du Québec date de la fin du 19e siècle. Elle s’intéresse aux individus et à leurs rapports avec la nature ainsi qu’à la relation de la terre avec la nature. Cette discipline repose sur les questions telles que : comment représente t-on la nature ? Comment peut-on intervenir sur elle ? Comment les spécialistes de la forêt représentent-ils la forêt et comment agissent-ils sur elle ?

L’histoire environnementale contribue à la compréhension de soi. Elle nous permet de voir comment des individus influents ont essayé au cours de l’histoire du Québec de faire les « ébauches » de ce qu’on appelle aujourd’hui le développement durable. Ils se sont préoccupés des ressources naturelles pour le bien être des générations futures. Grâce à ces précurseurs, on a commencé à comprendre que les ressources forestières sont épuisables et que certaines catastrophes environnementales telles que les inondations sont la conséquence de l’épuisement forestier. En réaction à cette « nouvelle », les industriels avec la participation de quelques personnes influentes ont pu obtenir l’établissement des premières loi en 1883 (protections des forêts contre les incendies), ce qui a mené à la création de réserves forestières sur certains territoires forestiers de la région de la Mauricie (1904-1908) et une interdiction aux colons de s’y installer.

Le deuxième point traité par notre invité portait sur le phénomène des épidémies d’insectes ravageurs de la forêt et la mise en place, grâce à Ellwood Wilson, des premiers épandages d’insecticides aériens par «la Laurentide Pulp and Paper de Grand-Mère ». Cependant, comme il était difficile d’atteindre la cible par ces hydravions, la papetière s’est alors penchée sur la solution de l’utilisation des ennemies biologiques. Ils ont alors envoyé des scientifiques (entomologiste) en Europe pour trouver les ennemies biologiques des espèces québécoises et même exogènes.

Pour terminer, le dernier point et non le moindre que le conférencier a mis en évidence concerne l’histoire du reboisement et de la régénération de la forêt québécoise comme acte de conscientisation de l’importance de conserver la nature. En effet, selon M. Castonguay, l’établissement, en 1908 à Berthierville, de la première pépinière gouvernementale pour fournir les semis constitue un moment clé dans l’histoire environnementale du Québec. Cette création a été suivie par celle d’une autre pépinière privée « la Laurentide Pulp and Paper de Grand-Mère » en Mauricie. La papetière a ainsi mis en place le système de reboisement et de régénération des forêts avoisinantes pour ne pas épuiser les ressources proches.

Selon M. Castonguay ces trois volets de l’histoire environnementale illustrent aujourd’hui l’héritage acquis par l’industrie forestière québécoise.

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

17 mai 2017:
La fondation de l'UQAT soutient Benoit Lafleur!


12 mai 2017:
Une place importante pour la forêt en mai pour l'UQAT


10 mai 2017:
Une épidémie de la tordeuse du bourgeon d'épinette menace les forêts


10 mai 2017:
Climat : le grand stress forestier


5 mai 2017:
Réchauffement climatique: plus d'incendies de forêt à venir au Québec