Le 24 Mars 2017  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

27 mars 2017
à 12h15

Axe écologie:
Charles Perrier


28 mars 2017
à 13h30

soutenance thèse:
Isabelle Laforest-Lapointe


29 mars 2017
à 12h15

Axe écologie:
John Chetelat


29 mars 2017
à 9h00

synthèse environnementale:
Evrard Kouadio


 facebook
Panopto Youtube

Le 24 avril dernier, dans le cadre des Midis de la foresterie, M. Yves Dessureault, directeur du développement des réseaux technologiques au Centre de Recherche Industrielle du Québec (CRIQ), nous a dressé un portrait des usines de sciages du futur basés sur une combinaison de concepts, d’études et de technologies récemment développées par le CRIQ.

M. Dessureault a débuté son exposé en rappelant le contexte économique difficile dans lequel les scieries évoluent tout en ciblant les opportunités sur lesquelles elles devront travailler à court et moyen terme pour assurer leur survie et leur rentabilité. Une meilleure gestion de la ressource à partir de la forêt jusqu’au client, des technologies de pointe permettant d’ajuster la production afin d’obtenir la plus grande valeur à partir d’un lot de billes et le passage de la fabrication de produits de commodité (par exemple toutes les planches de dimensions standards) à des produits à valeurs ajoutées (comme des moulures dimensionnées au besoin spécifique d’un seul client) figurent parmi les éléments clés abordés lors de la présentation.

Dans un second temps, M. Dessureault nous invite à revoir l’ensemble du modèle d’affaire des scieries. Parmi les lacunes actuelles, notons :

  1. qu’environ 30% du bois arrivant à une scierie seront destinés entièrement à la fabrication de copeaux;
  2. certaines essences (comme le sapin, et l’épinette, le pin gris et le mélèze,) aux propriétés mécaniques différentes sont regroupées en une seule classe (le groupe de production SEPM);
  3. le manque d’un système permettant d’évaluer si le produit obtenu correspond au produit demandé lors du sciage;
  4. l’accumulation d’inventaires importants chez certains produits affectant l’offre et la demande du marché.

Afin de demeurer compétitives, les scieries devront innover et s’adapter rapidement aux changements exigés par leurs clients. Le concept de gestion intégrée de la ressource permet de maximiser la valeur de chaque bille recueillie en forêt en fonction de leur qualité et des demandes de leurs clients. Les usines qui se démarqueront seront celles qui pourront prévoir de manière efficace les fluctuations du marché et réagir rapidement pour vendre le bon produit au moment opportun.

Tous les outils technologiques développés par le CRIQ et présentés par M. Dessureault permettent d’atteindre la rentabilité en moins d’une année. Ce sont en majorité des technologies simples à implanter et plusieurs sont présentement à l’essai dans quelques scieries au Québec. Parmi elles, on retrouve un analyseur de la qualité du bois qui permettrait de sélectionner les meilleurs patrons de coupe et de minimiser à la fois les surinventaires et le nombre de billes pour réaliser une commande. Autre exemple : un outil de dégivrage aux rayons infrarouges permettrait de réduire le cisaillement des billes à l’écorçage réduisant ainsi les pertes. Mentionnons également, des outils de vision artificielle qui permettraient d’ajuster les paramètres d’opération optimums des machines (écorceuse, débiteuses primaires, etc.) de manière à maximiser la qualité du bois d’œuvre et des copeaux en fonction de la matière qui les alimente. Des outils logiciels permettant de recueillir des données, de les analyser en continu, et d’ajuster les opérations pour fabriquer le produit qui maximiserait la rentabilité sont également au nombres des avancées technologiques disponibles.

L’usine de sciage du futur est donc celle qui intègrera la majorité de ces technologies en fonction de ses besoins et qui révisera son modèle d’affaires de manière à optimiser la ressource en fonction d’une demande en constante évolution. La somme des idées simples présentées par M. Dessureault constitue une réelle évolution de l’industrie du sciage. La seule question demeurant sans réponse est : « Pourquoi personne n’y a pensé auparavant? ».

Notes biographiques Yves Dessureault
Présentation PPT de Yves Dessureault

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

17 mars 2017:
Moins de financement pour la recherche dans le secteur forestier


14 mars 2017:
Création du Laboratoire de recherche sur les enjeux relatifs aux femmes autochtones - Akwatisiw


14 mars 2017:
Des subventions importantes pour faire face à la problématique de surplus de copeaux de bois au Canada