Le 29 Mars 2017  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

29 mars 2017
à 12h15

Axe écologie:
John Chetelat


29 mars 2017
à 9h00

synthèse environnementale:
Evrard Kouadio


 facebook
Panopto Youtube

Afin de vérifier les impacts des activités forestières dans les habitats aquatiques, le bassin versant de la rivière Catamaran, dans la province du Nouveau-Brunswick, a été utilisé pour effectuer plusieurs études d’hydrologie forestière.

Selon les travaux présentés par M. St-Hilaire, la diminution de l’interception des précipitations ainsi que l’évapotranspiration du milieu sont les principaux impacts de la récolte forestière, essentiellement attribuables à l’élimination du couvert forestier. L’augmentation de la radiation directe ainsi que les mécanismes de compaction du sol, diminuent le stockage d’eau et la quantité d’eau qui percole. En conséquence, sont affectés tant la quantité comme la qualité de l’eau ainsi que les habitats des organismes qui habitent ces cours d’eau. La quantité et la qualité de l’eau (sédiments et t°) ont été les variables identifiées comme étant les plus affectées par les activités forestières.

La simulation des impacts de ces activités sur la quantité et la qualité de l’eau peut être effectuée à l’aide des outils déterministes ou statistiques. Dans le premier cas, on effectue une relation physique entre les différents paramètres et, dans le deuxième, on trouve plutôt une relation entre les variables explicatives et expliquées ainsi qu’une sensibilité du modèle aux différents paramètres.

CEQUEAU est le modèle déterministe utilisé lors de ces travaux de recherches afin estimer la quantité d’eau qui passe dans la rivière. Ce modèle divise le sol en strates et une fois connue la quantité de forêts, celui-ci estime la quantité d’eau retenue et, par le fait même, le volume présent dans chacune des strates. Cela permet d’obtenir la quantité d’eau verticale dans le sol et d’estimer le chemin suivi par l’eau pour arriver à la rivière. La quantité d’eau de la rivière a été ainsi évaluée pour plusieurs années et celles-ci ont été comparées entre elles.

Lors de cette rencontre, M. St-Hilaire nous a présenté une deuxième étude où on tentait de déterminer la température de l’eau. Il faut savoir que l’eau qui percole est potentiellement plus chaude suite à l’augmentation de la température du sol conséquemment aux opérations. Ce phénomène peut modifier quelques éléments dans les fonctions de calculs, et il a donc été nécessaire de considérer ces éléments en modifiant les fonctions utilisées précédemment. Ainsi, l’eau qui percole a été modélisée à l’aide du modèle original pour une certaine portion des données et celles-ci ont été comparées aux valeurs réelles obtenues par la prise de température. Les équations modifiées ont également été ajustées selon le taux de fermeture de la canopée. Ce modèle s’adapte bien aux changements de température, et la comparaison entre les deux modèles démontre que le modèle modifié donne de meilleurs résultats. Afin de valider ces résultats, des indices de sensibilité du modèle des paramètres tels la fermeture de la canopée, la superficie foliaire et la température ont été utilisées. Comme la température de l’eau varie selon la période de l’année, un des modèles a été conçu de séries chronologiques tenant compte des changements de température entre ces périodes.

Par rapport à la sédimentation des cours d’eau après les activités forestières, il a été observé que l’augmentation des sédiments fins dans les cours d’eau diminue les chances de survie des poissons dans la rivière. Cette augmentation a été observée après les activités de construction routière d’accès aux parterres de coupe. Notons que l’augmentation a été différente entre les sites d’étude.

De nombreuses autres études sont actuellement en cours au sein de l’équipe de l’INRS-ETE et il est possible d’en apprendre davantage sur leur programmation de recherche en consultant leur site internet au : http://www.ete.inrs.ca/

Notes biographiques de André St-Hilaire
Présentation PPT de André St-Hilaire

Source:
Ingrid Cea,
Étudiante à la maîtrise en biologie,
Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

17 mars 2017:
Moins de financement pour la recherche dans le secteur forestier


14 mars 2017:
Création du Laboratoire de recherche sur les enjeux relatifs aux femmes autochtones - Akwatisiw


14 mars 2017:
Des subventions importantes pour faire face à la problématique de surplus de copeaux de bois au Canada