Le 25 Juin 2017  

? cherchez :  

 

 facebook
Panopto Youtube

Afin d’étudier l’impact des activités forestières sur la faune, il est souvent nécessaire de manipuler les animaux sauvages afin de prendre des mesures morphologiques, de faire des prélèvements ou d’installer des dispositifs qui permettront leur suivi. Ces études permettent de comprendre le comportement des animaux dans des systèmes aménagés et d’adapter les pratiques forestières en cas de problème. Certaines manipulations peuvent se faire alors que l’animal est conscient alors que d’autres nécessitent de l’anesthésier temporairement afin de l’immobiliser. Tous les protocoles de recherche doivent être approuvés par des comités relevant du Conseil canadien de protection des animaux afin de s’assurer que ces manipulations sont nécessaires et que les procédures seront conduites dans un cadre minimisant les effets secondaires.

Les anesthésiants par injection, couramment utilisés en recherche, présentent cependant plusieurs désavantages: l’animal est immobilisé pendant une longue période (souvent plus d’une heure), des effets secondaires cardiovasculaires et respiratoires sont souvent observés et il est difficile de contrôler le dosage.

Dans le but de minimiser les effets secondaires liés à l’utilisation d’anesthésiants par injection, une équipe de chercheurs a testé un anesthésiant inhalé, l’isoflurane, sur la martre d’Amérique. Résultat d’une collaboration entre Marion Desmarchelier et Stéphane Lair, de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal et de Marianne Cheveau et Louis Imbeau, chercheurs de la Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable, l’étude sera publiée sous peu dans la revue Journal of Wildlife Diseases.

Les travaux se sont déroulés à la Forêt modèle Crie de Waswanipi, où cette technique a été testée sur 68 martres d’Amérique. Après avoir été capturée dans une cage à capture vivante, on appliquait un masque sur le museau de l’animal servant à administrer de l’oxygène et de l’isoflurane sous forme gazeuse dont la dose pouvait être contrôlée en tout temps en fonction des réactions de l’individu. Une fois l’animal anesthésié, en moyenne moins de deux minutes après le début de la procédure, il était pesé et mesuré, et diverses mesures physiologiques étaient notées. Un peu plus du quart des individus ont été munis d’un collier émetteur radio puis, une fois ces manipulations terminées, l’ajout d’isoflurane était suspendu et l’administration d’oxygène maintenue jusqu’à ce que l’animal commence à bouger. Au total, la procédure durait en moyenne un peu plus de 15 minutes. Après quelques minutes de récupération, la martre était relâchée. La salle d’opération ? La cabine arrière du camion !

Les fréquences cardiaque et respiratoire ainsi que la température interne des animaux anesthésiés indiquent que tous sont restés dans un état normal pendant toute la durée de la procédure. Cette technique s’est révélée sécuritaire pour les martres et pour les manipulateurs, facile à utiliser et assurait un effet et une récupération aisés et rapides. Le principal désavantage : le poids et le caractère encombrant de l’équipement pour un éventuel transport hors du véhicule.

Cette étude fait partie d’un projet plus large visant à documenter les effets de la coupe en mosaïque sur la martre d’Amérique, mené en collaboration avec la Forêt modèle Crie de Waswanipi et Abitibi-Consolidated inc. Les données générées, notamment par les colliers émetteurs radio, permettront de documenter l’utilisation des forêts résiduelles par la martre, un dossier sur lequel les chercheurs de la Chaire travaillent présentement. C’est à suivre !

Pour information:
Louis Imbeau
Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable
Tél. : 819-762-0971 poste 2033
Courriel : Louis.imbeau@uqat.ca

Rédaction:
Virginie-Arielle Angers, Ing.F., M.Sc.Biologie
Candidate au doctorat en biologie
Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable
Université du Québec à Montréal

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

15 juin 2017:
Une prestigieuse bourse postdoctorale remise pour la première fois à une étudiante de l'UQAT


8 juin 2017:
Poste de professeur(e) régulier en écologie avec expertise en biostatistiques


31 mai 2017:
Renouvellement de Chaires de recherche et subventions importantes pour deux professeurs de l'UQAT