Le 24 Mars 2017  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

27 mars 2017
à 12h15

Axe écologie:
Charles Perrier


28 mars 2017
à 13h30

soutenance thèse:
Isabelle Laforest-Lapointe


29 mars 2017
à 12h15

Axe écologie:
John Chetelat


29 mars 2017
à 9h00

synthèse environnementale:
Evrard Kouadio


 facebook
Panopto Youtube

Tatjana Stevanovic est une spécialiste de chimie du bois, membre régulier du Centre de Recherche sur le Bois (CRB) à la Faculté de Foresterie ainsi que membre de l’Institut de Nutraceutique et des Aliments Fonctionnels (l’INAF) à l’Université du Laval. Le 2 octobre dernier, dans le cadre des midis de la foresterie, celle-ci a présenté une conférence intitulée: Le monde merveilleux des extractibles du bois.

Les extractibles de bois sont des molécules libres, se trouvant dans la structure poreuse du bois, accessibles aux solvants différents selon leur nature. La teneur et la composition de ses molécules varient selon l’espèce, le site géographique, la saison, l’âge et même en fonction de la partie du bois (duramen, aubier, écorce).

Au cours de la conférence elle a développé cinq points essentiels :

  1. Définition et importance des extractibles;
  2. Développement des composés phénoliques;
  3. Développement des composés terpéniques;
  4. Traitement de l’exemple de triterpène, molécule bioactive identifiée dans le bouleau jaune pour valoriser cette noble ressource du Québec;
  5. Des recommandations de l’utilisation des extractibles dans les secteurs agro-alimentaire, pharmaceutique et cosmétique.

Ces substances sont très importantes car elles confèrent aux bois sa couleur, son odeur, sa durabilité, ses propriétés mécaniques, acoustiques et esthétiques. Elles influencent aussi la transformation du bois. Les extractibles peuvent être des polymères (tanins) ou des molécules de faible poids moléculaires (flavonoïdes, stilbènes, lignanes, terpénoides etc.). Le groupe des terpènes et terpénoides et des composés phénoliques étaient les sujets de notre conférencière.

Les composés phénoliques sont des molécules organiques comprenant un noyau aromatique et/ou moins un groupement alcool (OH). On distingue les phénols simples (les stilbènes, les lignanes et les flavonoïdes) et les tannins. Pour les tannins, on retient l’exemple du vin, formé par des polymères de flavonoïdes, qui joue le rôle d’antioxydant. Il a un effet cardioprotecteur et anticancéreux.

Les terpènes et les terpénoides sont des unités isoprènes en C5. Les terpénoides sont généralement des dérivés de terpènes, caractérisé par la présence de groupement fonctionnels comme –OH, -C=O,-COOH. L’exemple d’application le plus connu de ces molécules est le parfum.

La résine est une partie d’extractibles de bois, constituée des terpènes et terpénoides mais peut contenir aussi des composés lipophiles (lignanes, stilbènes, tannins, graisse, cires etc.). La colophane et la térébenthine sont deux constituants de résine de pin, très riches en molécules bioactives. Ceci élargie le domaine de ses applications (adhésion, antiseptique, cires d’entretien, peintures, vernies, colles, therapeutie, parfum etc.) et justifie l’importance de ces extraits.

Afin de mettre en valeur la richesse de la forêt québécoise en ces merveilleuses molécules, notre conférencière a traité l’exemple des triterpènes, molécules réputées pour leur bioactivité. Ces molécules sont extraites de notre bouleaux jaune, non toxique, d’où l’intérêt de leur utilisation qui est bien documenté. Pour cela on peut envisager des applications des extraits de bouleaux non seulement comme médicament mais aussi comme complément alimentaires, en cosmétiques etc.

Les triterpènes de bouleau jaune et leurs dérivés (lupanes, oleananes et l’acide betulonique) manifestent des propriétés anti-inflammatoires, antiseptiques, analgésiques, anti-hyperglycémique et antalgiques. Ceci justifie les recommandations de leurs utilisations dans les secteurs agro-alimentaire, pharmaceutique et cosmétique. Surtout est que la forêt boréale est très riche en espèces végétales, constituants une source importante de nouveaux agents cosmétique, alimentaire et thérapeutique. La source est là, donc on peut l’utiliser sans nuire l’application usuelle de bois et des résidus, ce qui importe une valeur ajouté à la transformation de bois.

Source :
Besma Bouslimi
Étudiante au doctorat en sciences de l’environnement
Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

17 mars 2017:
Moins de financement pour la recherche dans le secteur forestier


14 mars 2017:
Création du Laboratoire de recherche sur les enjeux relatifs aux femmes autochtones - Akwatisiw


14 mars 2017:
Des subventions importantes pour faire face à la problématique de surplus de copeaux de bois au Canada