Le 26 Avril 2017  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

26 avr. 2017
à 12h15

Axe écologie:
Arnaud Béchet


 facebook
Panopto Youtube

Le but des recherches poursuivies par M. Daniel Fortin vise à mieux comprendre les comportements de sélection d’habitats de différentes espèces animales dans un paysage forestier aménagé et hétérogène où les attributs d’habitat peuvent varier selon des gradients géographiques. La conférence qu’il a tenue le 23 octobre 2007 dans le cadre des midis de la foresterie était intitulée : « Indicateurs comportementaux pour la gestion de la faune en milieu forestier ». Il a utilisé principalement deux espèces, soit le campagnol et le caribou forestier, afin d’illustrer son propos.


Campagnol à dos roux
Photo: Daniel Fortin

Ses recherches sur le campagnol à dos roux se déroulaient sur la Côte-Nord. Cette espèce y est très abondante dans les vieilles forêts et on peut supposer qu’elle a une importance considérable pour le reste de la chaîne alimentaire. De plus, dans les régions de l’Est, les cycles de feux sont plus longs, comparativement à l'ouest de la province, il y a donc plus de vieilles forêts et, dans des conditions naturelles, elles sont plutôt structurées par le chablis et les épidémies. Il a aussi remarqué que la densité de campagnols augmente avec la quantité de débris ligneux grossiers (DLG) et l’âge des forêts. Une partie de ses recherches visait donc à déterminer les différences de densité de campagnol entre des forêts non aménagées ayant subi l’effet du chablis et des parcelles de forêts aménagées par la coupe avec protection des petites tiges marchandes (CPPTM). Il en résulte que les densités de campagnols sont plus élevées dans le chablis, là où la quantité de DLG est plus importante. Par la suite, des expériences sur le temps d’approvisionnement en fonction du couvert de protection ont été conduites afin de déterminer si les DLG servaient à l’alimentation ou à la protection contre les prédateurs et ce serait plutôt la deuxième hypothèse qui serait la bonne.


Forêt non aménagée
Photo: Daniel Fortin


Forêt sous aménagement CPPTM
Photo: Daniel Fortin



Grand massif forestier recherché par le caribou forestier
Photo: Daniel Fortin

Ensuite, une partie de ses recherches concernaient la création des massifs de conservation du caribou forestier au Québec. Il a mentionné que le caribou évitait de fréquenter les coupes et les routes, de même que les paysages où il y avait beaucoup de coupes et/ou de routes. Dans un souci d’évaluer la possibilité de conserver les dernières populations de caribous forestiers, il a tenté d’évaluer la valeur des massifs de protection. Ce qu’il en ressort, c’est qu’effectivement, les massifs sont utilisés par le caribou, mais ils sont aussi affectionnés par le loup qui les fréquente davantage que les forêts environnantes où le dérangement par l’homme est plus important. De plus, il a soulevé la question de la compétition apparente entre l’orignal et le caribou. Puisque l’orignal profite des coupes forestières à proximité des massifs, il augmente en nombre, les populations de prédateurs (le loup et parfois l’ours brun) augmentent aussi et la pression de prédation sur le caribou s’accentue. Il se questionnait donc sur le fait que les massifs de protection pour le caribou forestier pourraient être considérés comme une « trappe » écologique.

Vous pouvez suivre les activités de recherche de M. Daniel Fortin par le biais de la Chaire de recherche industrielle CRSNG–Université Laval en sylviculture et faune.

Version PDF pour impression

Source :
Geneviève Tremblay
Étudiante à la maîtrise en biologie
Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

5 avr. 2017:
Top 10 mondial en foresterie, L'UQAM se classe au sixième rang pour la qualité de ses recherches.