Le 22 Septembre 2017  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

26 sept. 2017
à 12h00

midi-foresterie:
Yves Bergeron


27 sept. 2017
à 12h15

Axe écologie:
Marion Germain


 facebook
Panopto Youtube

En aménagement forestier, les modèles de croissance sont utilisés pour réaliser des simulations qui permettent de prévoir les futures caractéristiques d’une forêt ou d’un peuplement. Or, ces simulations ne fournissent que des estimations, qui sont susceptibles de diverger plus ou moins fortement de l’évolution réelle du peuplement. Ces divergences sont communément appelées « erreurs prévisionnelles ». La distribution de ces erreurs prévisionnelles fournit une idée de l’incertitude associée aux prévisions.

À l’échelle du peuplement, l’utilisation d’une prévision dont on ne connaît pas l’incertitude s’avère délicate, car les décisions d’aménagement doivent être prises sans aucune connaissance du risque qui en découle. Cet enjeu est particulièrement important lorsqu’il faut définir les modalités des coupes partielles dans les érablières. En effet, les rendements suivant une coupe de jardinage peuvent être très variables.

En mai 2007, la Direction de la recherche forestière (DRF) du ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec a diffusé SaMARE, un simulateur de croissance pour les érablières qui a été développé à partir du réseau de sites expérimentaux de l’équipe de sylviculture et rendement des forêts de feuillus de la DRF. SaMARE est programmé pour être compatible avec CAPSIS, une plateforme de simulation qui est utilisée à l’échelle internationale et qui permet d’utiliser ce genre de simulateur de façon conviviale.

Au cœur du logiciel

Une fois que l’utilisateur a saisi la liste d’arbres qu’il désire projeter dans le futur (ex. données provenant des placettes d’un inventaire d’intervention), SaMARE simule l’accroissement, la mortalité, l’évolution de la vigueur et du potentiel de qualité (bois d’œuvre ou pâte) de chacun des arbres par période de cinq ans. Le simulateur permet également de faire un prélèvement virtuel à partir de la liste d’arbres afin de simuler l’effet d’interventions sylvicoles. Ainsi, on peut comparer l’évolution d’une érablière selon différentes priorités de martelage.

SaMARE se distingue particulièrement des simulateurs existants par sa capacité à établir les erreurs prévisionnelles. Le simulateur utilise en effet une procédure qui consiste à générer des erreurs prévisionnelles de manière aléatoire. Cette simulation fournit donc différentes évolutions théoriquement plausibles pour chacune des tiges. À partir d’un nombre suffisamment élevé d’évolutions (1000, par exemple), on est à même de constater la variabilité des futures caractéristiques du peuplement. Une fois que les évolutions ont été générées, une base de données est créée et l’utilisateur peut exécuter certaines requêtes conformément aux objectifs d’aménagement. Par exemple, l’utilisateur peut interroger la base de données pour connaître la proportion des simulations à chaque période de cinq ans qui atteignent à la fois 24 m2/ha de surface terrière marchande et 10 m2/ha de surface terrière ayant un potentiel de bois d’œuvre. Ce pourcentage par période de cinq ans correspond en fait à la probabilité que les objectifs fixés soient atteints à cette période. Cette probabilité permet par le fait même d’établir le risque de ne pas atteindre les objectifs fixés. En fonction des objectifs d’aménagement, l’aménagiste peut donc fixer la durée de sa rotation, c'est-à-dire le moment où il retournera à nouveau dans le peuplement pour effectuer un prélèvement, en connaissant les probabilités d’atteindre ces objectifs. En ce sens, SaMARE constitue un outil d’aide à la décision. Ce simulateur sera en entre utilisé pour évaluer le rendement à la suite des traitements dits « alternatifs » au jardinage.

Avenir prometteur

La deuxième phase du développement de SaMARE qui se terminera en février 2008 comprendra un module de récolte. De plus, les données de tronçonnage de la Direction de l’aménagement des forêts publiques et privées (DAFPP) seront mises à contribution pour développer une module d’évaluation des volumes des produits récoltables.

Les caractéristiques de cet outil ont été exposées au public lors d’une conférence présentée le 22 janvier dernier dans le cadre des Midis de la foresterie organisés par la Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable. Ces rencontres hebdomadaires sont diffusées via vidéoconférence à travers tout le réseau des Universités du Québec (Abitibi-Témiscamingue, Montréal, Rimouski, Chicoutimi, Outaouais, Trois-Rivières) ainsi qu’ailleurs en province sur réservation. Consultez le site internet pour connaître l’ensemble de la programmation hiver 2008 ainsi que les divers lieux de diffusion.

Texte paru dans Le Monde forestier, Février 2008.

Source :
Mathieu Fortin et Steve Bédard
Direction de la recherche forestière
Ministère des ressources naturelles et de la faune du Québec

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

19 sept. 2017:
APPEL DE CANDIDATURES Les dix découvertes québécoises de l’année 2017


18 sept. 2017:
Attention aux incendies de toundras


15 sept. 2017:
Félicitations à Jeanne Portier qui obtient le grade de docteur!


8 sept. 2017:
Lancement du Laboratoire international de recherche sur les forêts froides de l'UQAT : Reconstituer le passé pour mieux comprendre le présent et prédire l'avenir des forêts


5 sept. 2017:
Symposium Ouranos du 15-17 novembre 2017