Le 24 Août 2017  

? cherchez :  

 

 facebook
Panopto Youtube

Martin Béland, professeur de sylviculture et d'écologie forestière à la Faculté de foresterie d'université de Moncton campus d'Edmundston, était de passage aux midis de la foresterie pour nous présenter une conférence intitulée : « Recherches sur la sylviculture des feuillus à la faculté de foresterie de l'Université de Moncton ». Selon le professeur Béland, la forêt feuillue présente d'importants retours économiques pour l'industrie au Nouveau-Brunswick. Toutefois, puisque la croissance de cette industrie est limitée par la quantité et la qualité de bois disponible, la sylviculture des feuillus constitue un moyen important afin d'assurer l'approvisionnement en bois de qualité à long terme.

À ce jour, peu d'études traitent du développement de scénarios sylvicoles dans la forêt feuillue au Nouveau-Brunswick. En effet, l'information relative à la réaction des peuplements de feuillus tolérants aux traitements sylvicoles accuse un retard par rapport aux autres provinces (ex. Québec). Ainsi, les travaux d'éducation des feuillus au Nouveau-Brunswick est inspirée des travaux des voisins américains et québécois.

Le but principal des travaux de M. Martin Béland consiste à développer des régimes sylvicoles permettant d'augmenter la croissance et de produire un bois de qualité tout en respectant les critères environnementaux, économiques et sociaux. Quatre projets de recherche ont été présentés lors de cette conférence :

  • Régénération naturelle après coupes partielles chez J. D. Irving
  • Croissance et qualité des tiges 17 ans après éclaircie précommerciale dans un peuplement de feuillus tolérants du Nouveau-Brunswick.
  • Évaluation de l'impact de l'entaillage sur la qualité du bois de l'érable à sucre.
  • Mise en place d'une sylviculture d'arbre en forêt feuillue.


Marquage et mesure des tiges d'avenir. Photo: Martin Béland

Le dernier projet s'articule autour des quatre volets : i) un marquage négatif des arbres à couper ou sélection-dégagement des tiges d'avenir; ii) Une étude des impacts des coupes antérieures sur la qualité et la valeur du bois feuillu; iii) un modèle économique permettant de comparer les scénarios sylvicoles selon des indicateurs économiques; iv) l'organisation d'un groupe de travail sur les feuillus pour planifier le secteur des feuillus afin d'accroitre la qualité du bois récolté.

Malgré l'importance des forêts feuillues au Nouveau-Brunswick, l'industrie forestière est relativement peu entravée par des normes d'intervention et des règles sylvicoles tels qu'au Québec. Cependant, cette flexibilité ne semble pas engendrer uniquement des résultats positifs parce que le pourcentage du bois dur de qualité de sciage et de déroulage récolté est nettement inférieur à celui qui est récolté au Québec.

Source :
Mina Ourais, candidate à la maîtrise en biologie Chaire AFD et Chaire CRC-VACAT
Courriel :Mina.ourais@uqat.ca

retour à la liste des nouvelles