Le 23 Mai 2017  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

23 mai 2017
à 12h00

midi-foresterie:
Étienne Laliberté


24 mai 2017
à 9h00

soutenance thèse:
Mourad Saddem


 facebook
Panopto Youtube

À l’ère de la gestion durable des forêts, la conciliation de tous les utilisateurs et l’avènement de l’aménagement écosystémique sont entre autres responsables de la diminution de l’approvisionnement forestier provenant des forêts naturelles. La culture intensive de matière ligneuse apparaît alors comme un moyen efficace de produire rapidement des volumes importants sur des superficies relativement restreintes. Si l’on compte sur cette source d’approvisionnement dans la planification à moyen et long terme, on doit cependant s’assurer de sa fiabilité.

Fertilisation plantation peuplier
Fertilisant appliqué par pied d'arbre

L’une des clés du succès réside dans la réussite de l’établissement des plantations. Les premières années sont donc critiques. Mais quelle est la bonne formule, celle qui permettra de conjuguer rendement en volume et minimisation des coûts ? Toma Guillemette et Annie DesRochers, membres de la Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable, ont mis sur pied un dispositif expérimental pour répondre à cette question. Les résultats de leur étude sont publiés dans le plus récent numéro de la revue internationale Forest Ecology and Management.

Deux plantations de peuplier hybride ont été établies. Différentes concentrations de fertilisants ont été testées sur trois clones: trois concentrations d’azote, trois concentrations de phosphore et deux concentrations de potassium, pour un total de 18 combinaisons possibles. La réponse de croissance a été mesurée pendant les deux premières années. En termes de volume, les plus fortes doses de fertilisant ne se sont pas avérées être les plus efficaces. Des doses intermédiaires d’azote et de phosphore ont généré les croissances les plus fortes. Le phosphore s’est révélé être le fertilisant favorisant le plus la croissance, avec un gain en volume de 41% par rapport aux arbres non fertilisés.

En termes de volume, les plus fortes doses de fertilisant ne se sont pas avérées être les plus efficaces.

La méthode de fertilisation s’est aussi révélée intéressante. Les fertilisants sont généralement appliqués sur l’ensemble de la parcelle de terrain reboisée mais sont ainsi rendus disponibles pour tous les végétaux, ce qui favorise la compétition herbacée. Cette compétition doit alors être limitée, puisqu’elle concurrence la croissance. Cependant, les coûts associés au contrôle mécanique sont élevés, et l’utilisation d’herbicides, méthode la plus efficace de contrôle, est interdite au Québec. Solution ? Lors de l’établissement des plantations à l’étude, les fertilisants, sous forme de granules, ont été mis en terre autour (15 cm) de la base de chaque plant. En plus de requérir une plus faible quantité de fertilisant et d’avoir été efficace pour la croissance des tiges, cette méthode évite d’encourager la végétation compétitrice et les coûts associés à son contrôle.

Évidemment, à défaut d’avoir trouvé la formule de Panoramix qui permet la génération spontanée d’arbres, les plantations devront rester en place encore plusieurs années. Comptons sur l’équipe de la Chaire AFD pour suivre leur évolution et développer les meilleures potions pour assurer leur développement.

Télécharger la chronique en format PDF

Pour information :
Annie DesRochers
Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable
Courriel : annie.desrochers@uqat.ca

Rédaction :
Virginie-Arielle Angers, ing.f. M.Sc.
Candidate au doctorat en biologie
Chaire industrielle CRSNG-UQAT-UQAM en aménagement forestier durable
Université du Québec à Montréal

Selon l’article :
GUILLEMETTE, T. et A. DESROCHERS, 2008. Early growth and nutrition of hybrid poplars fertilized at planting in the boreal forest of western Quebec. Forest Ecology and Management 255(7):2981-2989.

 

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

17 mai 2017:
La fondation de l'UQAT soutient Benoit Lafleur!


12 mai 2017:
Une place importante pour la forêt en mai pour l'UQAT


10 mai 2017:
Une épidémie de la tordeuse du bourgeon d'épinette menace les forêts


10 mai 2017:
Climat : le grand stress forestier


5 mai 2017:
Réchauffement climatique: plus d'incendies de forêt à venir au Québec