Le 29 Mars 2017  

? cherchez :  

À surveiller prochainement...

29 mars 2017
à 12h15

Axe écologie:
John Chetelat


29 mars 2017
à 9h00

synthèse environnementale:
Evrard Kouadio


 facebook
Panopto Youtube


Délimitation et caractérisation des cimes à l'aide d'un MHC

Frédérik Doyon, directeur scientifique de l’Institut québécois d’Aménagement de la Forêt feuillue, nous a présenté une conférence qui avait pour objectif de mettre en valeur le potentiel des technologies de télédétection à haute résolution pour la recherche en écologie du paysage de la forêt et pour l’aménagement. Monsieur Doyon a présenté les résultats de trois études sur lesquelles il a travaillé ces dernières années. Deux études visaient à faire l’essai de LiDAR à partir d’un modèle de hauteur de canopée (MHC). Le LIDAR est la méthode la plus utilisée pour déterminer la distance à un objet. Cette méthode utilise un laser à impulsions. Les études de M. Doyon, visaient d’une part à comparer la précision de cette technique par rapport aux techniques traditionnelles de caractérisation du volume marchand et d’autre part à étudier la caractérisation des paysages selon leur historique de coupe. Une dernière étude visait à utiliser LiDAR avec Quickbird (image satellitaire à haute résolution) pour développer un inventaire à l’échelle de l’arbre pour la Forêt de l’aigle en Gatineau.

Monsieur Doyon a offert une explication des techniques utilisées, des algorithmes construits pour les besoins de la recherche, de la précision que ces technologies offrent et de leurs coûts à l’hectare. Il a expliqué la façon dont les algorithmes sont construits et la logique des techniques de LiDAR et de Quickbird, leurs différences et leurs principales fonctions. L’imagerie Quickbird à haute résolution fonctionne à l’aide d’un capteur qui reconnaît par forme semblable la signature de chaque espèce. Quant aux levés LIDAR, le capteur ajuste en temps réel les informations GPS et l’échelle à partir d’une banque de textures. Il construit ainsi une série de points d’élévation des cimes des arbres, leur position et leur élévation par rapport au sol. Ensuite, les données sont traitées par des algorithmes pour la production de cartes à partir de Modèle d’Élévation de Terrain (DEM) et de hauteur de Canopée (MHC) après le traitement des données par les algorithmes.

LiDAR offre une précision 10 fois plus grande que les méthodes traditionnelles d’estimation des volumes. Le développement de cette méthode pourrait réduire les coûts d’opération pour les aménagistes forestiers. Les bilans de carbone des forêts, des courbes de rendement et les suivis écologiques ne sont que quelques applications possibles que les techniques de télédétection à haute résolution offrent. Il ne manque que de « l’huile à cerveau » pour leur trouver des utilisations.

Télécharger le résumé

Résumé : Pierre Rivard
Mise en ligne : Daniel Lesieur

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

17 mars 2017:
Moins de financement pour la recherche dans le secteur forestier


14 mars 2017:
Création du Laboratoire de recherche sur les enjeux relatifs aux femmes autochtones - Akwatisiw


14 mars 2017:
Des subventions importantes pour faire face à la problématique de surplus de copeaux de bois au Canada