Le 21 Juillet 2017  

? cherchez :  

 

 facebook
Panopto Youtube

Présence du loup

La sélection d’habitats et son application : les chevreuils et les loups

Dr Eliot McIntyre était le conférencier dans le cadre des Midis de la foresterie, édition du 10 novembre 2010. Il détient un postdoctorat en biologie de la conservation délivré par l’Université du Montana et est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biologie de la conservation.

Dr McIntyre a présenté les résultats de deux études portant sur la sélection d’habitats, l’une par le Cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) dans les Hautes-Laurentides et l’autre, par le Loup (Canis lupus) dans les Alpes italiennes. L’habitat se définit comme un ensemble de composantes environnementales que l’animal utilise pour satisfaire ses besoins vitaux. Un habitat sera sélectionné par un animal, lorsque son utilisation sera supérieure à sa disponibilité et sera évité, lorsque son utilisation sera inférieure à sa disponibilité. Aussi, on dirait qu’un animal qui utilisera un type d’habitat dans une même proportion que sa disponibilité ne sélectionnera pas cet habitat.

La sélection d’habitats par le Cerf de Virginie dans les Hautes-Laurentides

Au cours des hivers 2008 et 2009, dix-neuf cerfs ont été suivis à l’aide de colliers GPS, dans le ravage du lac David situé à 130 km au nord d’Ottawa. La sélection d’habitats a été étudiée à l’échelle du paysage (de l’aire d’étude), du domaine vital et des déplacements journaliers. Les cartes écoforestières ont été utilisées pour mettre en relation les caractéristiques de l’habitat et les localisations obtenues par le biais des colliers GPS.

Domaine vital
probabilité rélative selon l'habitat, distances aux chemins etc.

À l’échelle du paysage, les cerfs étudiés ont sélectionné les endroits à proximité des chemins principaux et secondaires, de même que les peuplements arbustifs (à proximité de l’eau, des lignes électriques, etc.). Aussi, ils ont sélectionné les peuplements avec un couvert de moyenne et de haute densité. D’autres parts, ils ont évité les peuplements de feuillus tolérants.

À l’échelle du domaine vital et des déplacements journaliers, le patron était tout à fait différent. Dans le domaine vital, les individus ont sélectionné les endroits près de l’eau et ont évité la proximité des chemins secondaires. En ce qui concerne les déplacements journaliers, les cerfs ont affectionné les endroits près des chemins principaux.

À toutes les échelles, les cerfs ont évité les coupes totales, jusqu’à une distance de 40 m des parterres de coupe. Quant aux coupes sélectives, elles ont été évitées jusqu’à une distance de 120 m, à l’échelle du paysage et du domaine vital.

Partant de ce modèle, on peut se questionner à savoir si les choix des individus ont un impact sur leur survie. Sont-ils capables de bien choisir? À partir d’une approche appuyée sur les statistiques bayésiennes, on a pu démontrer qu’à l’échelle du paysage, les cerfs ayant survécu aux hivers ont sélectionné des types d’habitats qui se rapprochaient plus de la moyenne des individus (types d’habitats considérés optimaux), que les cerfs qui sont morts. On observe le contraire à l’échelle du domaine vital, alors qu’à l’échelle des déplacements journaliers, il n’y avait pas de différence.

La sélection à l’échelle du paysage est celle qui compterait le plus pour la survie des individus et elle est réalisée au début de l’hiver. Par ailleurs, les individus qui meurent seraient ceux qui choisiraient mal leur domaine vital à l’intérieur des différentes possibilités offertes dans le paysage.

La sélection d’habitats par le Loup en Europe centrale

Au cours du 20e siècle, le Loup avait pratiquement disparu de l’Europe centrale, mais une population a subsisté dans le centre de l’Italie. Les intenses persécutions au fils des siècles sont principalement à l’origine de cette situation. En 1979, la Convention de Berne vient apporter une protection à la faune sauvage, dont le Loup et depuis 10 à 15 ans, le Loup commence à recoloniser les Alpes italiennes.

Présence du loup
Présence du loup

L’étude réalisée avait pour objectif de prédire la recolonisation en utilisant les meilleures données sur les préférences d’habitat et sur le comportement des loups. Pour atteindre l’objectif, un modèle (basé sur les individus et spatialement explicite) a été créé en utilisant les caractéristiques biologiques des individus à l’origine de cette recolonisation et les interactions entre ces derniers. Il utilisait également des indicateurs de qualité d’habitat comme la localisation des Cerfs rouges, des routes, des populations humaines, etc..

Les données disponibles entre 1999 et 2009 ont permis de valider le modèle en prédisant adéquatement la localisation et la composition des meutes, la reproduction, l’antagonisme entre les individus et la mortalité des individus connus.

À partir de la méthode de l’AIC (Akaike’s Information Criterion), le modèle a été comparé à deux autres modèles, soit un modèle de sélection des ressources (RSF) comparable à celui utilisé pour les Cerfs de Virginie et un autre complètement aléatoire. Le modèle développé était nettement meilleur que les deux autres modèles.

Le modèle a été utilisé pour prédire la recolonisation par les loups, cinq, dix et quinze ans plus tard (2014, 2019 et 2024), de même que le risque de déprédation engendré par l’arrivée des individus sur un nouveau territoire.

Pour conclure, ces deux études montrent comment on peut avoir recours aux modèles de sélection d’habitats pour répondre à des questions totalement différentes. Ces modèles peuvent être utilisés comme point de départ pour la conception de modèles dynamiques, dans un contexte où il y a des changements dans la gestion, dans le climat, dans l’habitat, etc. Ces modèles peuvent donc être de bons outils d’aménagement adaptatif.

Télécharger le résumé

Résumé de la présentation:
Jean Lapointe, candidat à la maîtrise UQAT

La présentation PowerPoint est disponible ici

Rediffusion

Votre horaire ne vous permet pas d'assister à une conférence des Midis de la foresterie! Soyez sans crainte les conférences sont maintenant enregistrées. Celles-ci seront disponibles deux semaines suivant la conférence.

Voici l'adresse du site où les conférences seront hébergées : http://198.168.45.6/
Vous choisissez « UQAT » et ensuite « Midi-foresterie ».

retour à la liste des nouvelles