Le 25 Juin 2017  

? cherchez :  

 

 facebook
Panopto Youtube

Lidar

La Chaire CRSNG-UQAT-UQAM en Aménagement Forestier Durable a reçu ce 14-02-2012, monsieur Chhun-Huor Ung qui s’est entretenu sur le thème : « Application du lidar pour améliorer l’inventaire forestier » dans le cadre des conférences de midi de la foresterie. Monsieur Chhun-Huor Ung est un chercheur scientifique rattaché au service Canadien des forêts, Centre Canadien sur la fibre de bois (CCFB), et au Centre forestier des Laurentides.

Au cours de son exposé, le conférencier a abordé le processus de l'aménagement forestier, le Lidar aérien, le Lidar terrestre et liens entre les propriétés du bois et la morphologie de l'arbre.

Processus de l’aménagement forestier

Selon Chhun-Huor Ung, la réalisation d’un projet d’aménagement forestier répond à un ensemble d’étapes successives et interdépendantes qui peuvent être regroupées en cinq points :

  • Elaboration de la vision et identification des partenaires ;
  • Inventaire exhaustif du potentiel disponible ;
  • Elaboration des scénarios d’aménagement possibles et choix d’un plan d’aménagement ;
  • Mise en œuvre du plan d’aménagement ;
  • Surveillance et mise à jour du plan d’aménagement.

« Grâce à la révolution apportée par Lidar, il est désormais possible d’améliorer l’inventaire  forestier »

Pour exécuter le plan d’aménagement, trois échelles possibles de planification devraient être envisagées avec des « inputs » comme données de base. L’échelle stratégique, prenant en compte le volume de bois et les coûts d’investissement, devrait être envisagée sur l’ensemble de la forêt. L’échelle tactique, niveau bloc, permet d’implanter le plan stratégique en tenant compte de la cartographique globale de la structure du peuplement. Pour mettre en œuvre le plan tactique, l’échelle opérationnelle serait indiquée et impliquera des données cartographiques et dendrométriques liées à l’essence, au niveau peuplement.

  • Le Lidar aérien et terrestre.

Le développement d’outils d’inventaire forestier combinant les connaissances écologiques et la télédétection de pointe est l’une des priorités du CCFB. Ainsi, en collaboration avec le professeur Benoît St-Onge de l’UQAM, le CCFB travaille sur l’élaboration de méthodes d’utilisation des systèmes d’imageries aériennes et terrestres avec Lidar, pour évaluer la quantité et la qualité du bois en haute résolution spatiale. Cet effort d’investigation survient dans le contexte où les techniques traditionnelles d’inventaire ne permettent pas de couvrir de grandes étendues de forêts, car elles sont fastidieuses et très coûteuses, rendant ainsi la périodicité de mise à jour des données très longues. Grâce à la révolution apportée par Lidar, il désormais possibilité d’améliorer l’inventaire  forestier. De plus la disponibilité des données précises sur le défilement des arbres contribuera à maximiser la valeur des arbres.

  • Applications du Lidar aérien :

Lidar terrestre
Captage d’image avec Lidar aérien. Image tiré de http://scf.rncan.gc.ca/pages/182/5

Les domaines d’application du Lidar aérien sont multiples. Dans le cadre des activités du CCFB, cet outil est utilisé pour la cartographie automatique de la table des peuplements et l’optimisation du calcul de la possibilité forestière par le modèle Biolley (Lussier, 2009). Le modèle Biolley a fait l’objet d’une application sur la Garnison Valcartier située près de Québec sur 220 km2. Les objectifs visés étaient de maximiser les revenus des récoltes, de maintenir un rendement soutenu sur 150 ans et de protéger l’intégrité de l’écosystème ceci pour répondre aux enjeux écologiques de plus en grandissants.

 Pour ce faire, Biolley utilise une méthode d’optimisation mathématique appelée programmation linéaire et qui fait partie de la recherche opérationnelle pour optimiser le calcul de la possibilité forestière.. Le trainement des données d’inventaires pour l’élaboration de la carte des peuplements a permis d’observer une différence de biais sur les outils mobilisés. La cartographie traditionnelle a donné un biais de 20%, la cartographie automatique-photo aérienne (un biais 10%) et la cartographie automatique-lidar aérien (un biais 4%). Il apparaît que l’application lidar donne plus de précisions. Une bonne politique d’aménagement, mettant l’accent sur la diversité de la structure forestière permettrait de maintenir un rendement soutenu constant.

  • Applications du Lidar terrestre :

Lidar terrestre
Captage de données avec Lidar terrestre

Lidar terrestre est utilisé dans l’optimisation du sciage à l’aide du défilement 3D. Avec cet outil, le CCFB entend comparer le défilement basé sur le laser portable avec le défilement basé sur le lidar terrestre en partenariat avec FPInnovations, Université de Sherbrooke et Université de Munich.

Lien entre les propriétés du bois et la morphologie de l’arbre

Cet effort de recherche du CCFB, s’inscrit dans le cadre d’une maximisation de la valeur du bois qui devrait passer par une connaissance approfondie des impacts sylvicoles sur le changement des propriétés physico-mécaniques du bois. L’ultime objectif de cette recherche est d’être précis dans le choix des arbres par l’amélioration de la classification de l’arbre et de la bille basée sur les attributs de l’arbre captés par le lidar. Pour cela, la recherche intègre les données morphologiques de l’arbre aux données de la vélocité acoustique, du taux d’humidité de l’arbre et de la micro densité captées par les mesures non destructives. L’approche consiste à déterminer les attributs de qualité du bois par leurs liens avec la morphologie de l’arbre, la structure du peuplement et le site. Cette approche s’appuie entre autres sur une méthode statistique appelée modèle d’équations structurelles et popularisée par le professeur Bill Shipley (U. Sherbrooke). Un des résultats préliminaires de cette recherche est la corrélation entre le DHP, la cime de lumière et la vélocité acoustique, un paramètre associé à la qualité du bois.

La révolution apportée par Lidar permet de rendre applicable le concept de l’intégration de la chaîne de valeur forestière, d’avoir plus d’intrants pour la détermination des propriétés du bois et de mieux prendre en compte le compromis entre coûts et bénéfices pour les applications opérationnelles des modèles.

Télécharger le résumé

Télécharger la présentation

Résumé de la présentation : Benoît Tendeng, étudiant à la maîtrise en Biologie, UQAT

Rediffusion

Votre horaire ne vous permet pas d'assister à une conférence des Midis de la foresterie! Soyez sans crainte les conférences sont maintenant enregistrées. Celles-ci seront disponibles deux semaines suivant la conférence.

Voici l'adresse du site où les conférences seront hébergées : http://198.168.45.6/
Vous choisissez « UQAT » et ensuite « Midi-foresterie »

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

15 juin 2017:
Une prestigieuse bourse postdoctorale remise pour la première fois à une étudiante de l'UQAT


8 juin 2017:
Poste de professeur(e) régulier en écologie avec expertise en biostatistiques


31 mai 2017:
Renouvellement de Chaires de recherche et subventions importantes pour deux professeurs de l'UQAT