Le 19 Août 2017  

? cherchez :  

 

 facebook
Panopto Youtube

Dans le cadre des Midis de la foresterie du 2 décembre à l’UQAT, François Hébert, membre de la direction de la Recherche forestière, nous a présenté deux volets de ses travaux de recherche. Le premier porte sur l’influence des traitements sylvicoles sur la croissance, l’architecture et la qualité du bois dans les zones d’intensification de la productivité ligneuse. Le second concerne l’intégration des plantations intensives dans un contexte d’aménagement écosystémique telle que préconisée par le nouveau régime forestier du Québec, entré en vigueur en 2013. Sa conférence s’intitule « Comment optimiser à la fois le volume, la qualité et la naturalité des plantations à haut rendement au Québec dans un contexte d'aménagement écosystémique? »

Augmentation de la qualité et de la productivité des peuplements
Les plantations sont des outils sylvicoles pour la production, mais doivent également intégrer des normes de qualité du bois produit. Deux principales logiques de sylviculture se côtoient : la logique intensive qui se focalise sur l’augmentation de la productivité et de la qualité et la logique élite qui met le curseur sur l’optimisation de la croissance et de la qualité. L’axe de recherche que met en place François Hébert est de développer la quantité de bois produite tout en intégrant la dimension de la qualité, entendue comme les attributs du bois en fonction de son usage final. Pour cela, plusieurs méthodes sylvicoles sont étudiées à savoir l’élagage et le contrôle de la densité soit par éclaircie ou au moment de la plantation. Pour illustrer cette démarche, le conférencier nous a présenté trois de ses dispositifs expérimentaux dans le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et au Saguenay. Il nous a livré ses conclusions préliminaires concernant les incidences sur le défilement, la croissance et la qualité du bois d’un élagage à intensité variable de traitements intégrants l'élagage et l'éclaircie de différentes intensités et de la densité initiale des peuplements.

Plantations et aménagement écosystémique
Afin de concilier la productivité des plantations avec les enjeux de l’aménagement écosystémiques, un zonage fonctionnel est souvent proposé (ex. : le projet TRIADE (Messier et coll., 2008)). Selon François Hébert, les plantations doivent s’intégrer à l’aménagement écosystémique et ne pas être développées en marge de celui-ci. Le développement du concept de naturalité (Rapport du Groupe d’experts, 2013) doit permettre de concilier les objectifs d’une productivité suffisante et de qualité avec ceux de l’aménagement forestier écosystémique. La définition de la naturalité repose sur l’évaluation de la proximité de structure, de composition, de fonction et de résilience entre les peuplements naturels et ceux plus artificialisés. Les références utilisées sont les peuplements naturels ou les forêts préindustrielles que l’on suppose faiblement perturbées par l’action humaine. Une manière complémentaire de définir la naturalité est de développer une approche d’écologie fonctionnelle qui met davantage l’accent sur la présence et le maintien de certains traits fonctionnels plus que sur la taxonomie. Dans ce contexte, il est important de préciser quels sont les traits fonctionnels considérés comme étant représentatifs de l’état du peuplement. L’avantage de cette approche est de se focaliser davantage sur les réponses des communautés et sur le fonctionnement des écosystèmes.

Les plantes exotiques envahissantes doivent aussi être prises en compte dans les logiques de planification et dans l’élaboration des pratiques sylvicoles. Le cas du nerprun dans la Montérégie et l’Estrie est symptomatique des enjeux liés à l’adaptation et au développement des espèces exotiques envahissantes. Le nerprun a été importé d’Europe pour la création de haies. Cette plante se développe fortement dans les plantations et entre en compétition avec les essences présentes. Sa densité est suffisamment forte pour conduire à une coupe précoce voire à un abandon des parcelles. Des tests ont été conduits afin de déterminer quelles pourraient être les méthodes les plus efficaces pour limiter les effets délétères du nerprun. Les méthodes mises en place se sont inspirées de celles utilisées pour limiter l’expansion des éricacées à savoir : la coupe, le broyeur, la herse et les phytocides. Les résultats préliminaires mettent en avant la faible efficacité des actions mécaniques et un meilleur résultat avec les phytocides. Cette étude doit être prolongée sur le long terme, mais l’utilisation de phytocides, dans certaines conditions, pourrait être une solution envisageable pour en contrôler l’expansion.

Enjeux et perspectives de la conciliation entre plantations et aménagement écosystémique.
Une approche qui oppose de manière trop importante les plantations et les forêts naturelles est à nuancer. En d’autres termes, il ne s’agit pas de diaboliser les plantations. Ces dernières présentent certaines caractéristiques naturelles et contribuent aux dimensions économiques et sociales de l’aménagement forestier. Les objectifs affichés de 2% pour la planification 2013-2018 des AIPL risquent de ne pas être atteints. La planification des pratiques sylvicoles afin d’optimiser la production en termes de quantité et de qualité est centrale. Il s’agit de définir les pratiques les plus efficaces pour un coût le plus faible possible, mais également d’optimiser la distribution spatiale des plantations au sein de la matrice afin de maintenir les fonctions des écosystèmes forestiers à toutes les échelles.

Les références fournies par le conférencier

  • Aubin, I., Deshaies,O., Cardou ,F., Sirois, L., (2014) Management legacy in the understory of North American mixed boreal regenerating stands, Forest Ecology and Management 320, 129–137.
  • Groupe d’experts sur la sylviculture intensive de plantations (2013) La sylviculture intensive de plantations dans un contexte d’aménagement écosystémique – Rapport du groupe d’experts, sous la direction de M. Barrette et M. Leblanc, Québec. 112 p.

Télécharger le résumé

Rediffusion : Votre horaire ne vous permet pas d'assister à une conférence des Midis de la foresterie! Soyez sans crainte la conférence est disponible via Panopto

Résumé : Lise Jaton, doctorante en sciences de l'environnement, UQAT

retour à la liste des nouvelles