Le 14 Août 2020  

? cherchez :  

 

 facebook
Panopto Youtube

©Mario Feldman

Une nouvelle approche dendroécologique pour étudier la dynamique d’occupation du territoire du castor vient d'être publiée dans la revue MDPI. « Une nouvelle méthode révolutionnaire, simple, rapide et efficace » selon Miguel Montoro Girona, co-auteur de l'article. Ces résultats de recherche sont issus du projet de fin de bacc de l'étudiante de l'UQAC, Julie-Pascale Labrecque-Foy.

Notre but…

L’objectif de notre étude était de déterminer la dynamique spatio-temporelle de l’occupation du territoire par le castor du Canada en forêt boréale, soit l’occupation dans le temps de deux huttes (habitations des castors) présentes sur une même étendue d’eau par la colonie de castor qui l’habite. Il est attendu que les castors utilisent en alternance les huttes situées sur une étendue d’eau, puisqu’ils se nourrissent d’espèces végétale à croissance lente. Ainsi, lorsque la nourriture disponible sera consommée autour d’une hutte, ils en utiliseront une autre pour que la végétation se régénère.

Comment nous avons fait ça…?
Pour déterminer le patron d’utilisation des huttes par une colonie sur une étendue d’eau donnée, nous avons utilisé une nouvelle approche dendrochronologique. 8 étendues d’eau (lac/rivière) et 2 huttes sur chacune d’elles ont été sélectionnées au Saguenay. Ensuite, nous avons échantillonné sur la terre-ferme derrière chacune des huttes pour repérer des végétaux qui auraient été mangés par les castors de la colonie. Il est facile de distinguer une branche rongée (brout) par les castors, car leurs traces des dents sont caractéristiques et apparentes. Le castor se nourrit généralement d’arbustes et de jeunes pousses d’arbres feuillus. Lorsqu’une tige est coupée par le castor, cette dernière se régénère par reprise apicale, soit la formation d’une nouvelle tige sous l’endroit où la précédente a été rongée. Ainsi, en coupant cette reprise apicale et en comptant ses cernes de croissance, il est possible de déterminer l’année durant laquelle elle a débuté sa croissance.

Vous voulez connaitre plus sur notre approche révolutionnaire? Aller visiter notre article : https://www.mdpi.com/1999-4907/11/2/221

Miguel Montoro Girona
Professor in the Forest Research Institute
University of Québec in Abitibi-Temiscamingue (UQAT)

retour à la liste des nouvelles

Dernières nouvelles:

20 juil. 2020:
Une étude de l’UQAT vise à mieux comprendre les échecs de régénération de l’épinette blanche