Résumé - CAFD


Natural regeneration of jack pine on clay soils following harvesting and site preparation: Seventh-year results.

Martin Béland, Sébastien Calmels, Yves Bergeron.

Abstract: This study examines the operational feasibility of six treatments to regenerate jack pine (Pinus banksiana Lamb.) naturally without fire following harvesting on clay soils in the southeastern boreal forest of Quebec. The experiment is a randomized complete block design. Techniques used were a final cutting in 1993 with manual on-site delimbing or roadside delimbing combined with three methods of soil scarification (WadellTM, La TaupeTM and a control) performed in the Spring of 1994 compared to an adjacent jack pine plantation established in 1994 after Wadell scarification. Seven growing seasons later, the present article compares stand composition, competing vegetation, regeneration and growth of jack pine between the different treatments as well as an adjacent plantation. Natural regeneration produced mixed stands with an adequate 52% average jack pine stocking. Roadside and on-site delimbing produced similar jack pine stocking on average. However, the plantation showed 83% stocking and better performance than natural regeneration in terms of height (2.48 m vs. 1.7 m for natural regeneration), diameter (41 mm vs. 22 mm for natural regeneration) and jack pine dominance. Therefore, if natural regeneration is desired, roadside delimbing is to be recommended since it provides sufficient seed and does avoid early jack pine growth reductions caused by slash. On clay soils, scarification seems to have been optional. Nevertheless, it slightly increased seedling growth and in this way, the treatment combining road-side delimbing and an extensive scarification can be an effective jack pine natural regeneration treatment.

Résumé: Cette étude examine la faisabilité opérationnelle de six traitements sylvicoles dans un dispositif en blocs aléatoires complets pour régénérer naturellement le pin gris (Pinus banksiana Lamb.) en absence de feu sur les sols argileux au sud-est de la forêt boréale. Les méthodes utilisées étaient une coupe à blanc en 1993 avec ébranchage sur place ou au chemin suivi de trois type de scarifiage (WadellTM, La TaupeTM et un témoin) effectué au printemps 1994. Sept ans après ces opérations, le présent article analyse la composition du peuplement, la végétation compétitrice, la régénération et la croissance du pin gris en fonction des différents traitements et en comparaison avec une plantation adjacente. La régénération naturelle induit un peuplement mixte avec un coefficient de distribution moyen convenable de 52% pour le pin gris. L’ébranchage en bordure de route et sur le site ont produit des coefficients de distribution du pin gris similaires. Cependant, la plantation présente des meilleurs coefficients de distribution en pin gris (83%), hauteurs (2.48 m vs 1.7 m pour la régénération naturelle), diamètres (41 mm vs 22 mm pour la régénération naturelle) et une plus franche dominance des pins gris. Si la régénération naturelle est désirée, on conseillera un ébranchage au chemin qui fournit suffisamment de graines pour assurer la régénération sur argile et surtout qui évite la gêne à la croissance juvénile occasionnée par les débris de coupe. Sur argile, le scarifiage semble avoir été facultatif. Néanmoins, il augmente légèrement la croissance des semis. Ainsi, un traitement associant un ébranchage au chemin et un fort scarifiage peut s’avérer efficace pour régénérer le pin gris naturellement.