Résumé - CAFD


Influence du climat et de l’épaisseur de la couche organique sur la croissance et la distribution du peuplier faux-tremble et de l’épinette noire dans le nord-ouest du Québec.

Sylvie Gewehr.

Les changements climatiques affectent la distribution et la croissance d’espèces arborescentes telles que le peuplier faux-tremble et l’épinette noire, deux espèces dominantes de la pessière à mousses de l’ouest du Québec, et peuvent ainsi mener à d’importantes modifications de la composition et productivité future des forêts. Sur la ceinture d’argile du Québec, l’accumulation de matière organique au sol peut mener à des conditions d’humidité très variables. L’épaisseur de la couche organique est directement liée à un gradient de conditions édaphiques et affecte la croissance et la distribution des arbres à l’échelle du paysage. Afin de mieux comprendre comment les changements climatiques affecteront la croissance de la forêt boréale, l’importance des conditions de site, les relations croissance-climat et les réponses aux extrêmes climatiques du peuplier faux-tremble et de l’épinette noire ont été évaluées. Des régressions ont permis de mettre en évidence l’effet limitant de l’épaisseur de la couche organique sur la distribution et la croissance du peuplier faux-tremble, alors que l’épinette noire n’était pas affectée. Les relations croissance-climat des deux espèces ont été déterminées avec des analyses dendrochronologiques, qui ont montré que le climat affectait différemment la croissance radiale des deux espèces. La croissance de l’épinette noire était favorisée par des printemps doux et des étés frais. Le peuplier faux-tremble était principalement influencé par les conditions climatiques de l’année précédent la croissance et la température au mois de juin. Les extrêmes climatiques n’affectaient qu’une des deux espèces à la fois ou généraient des réponses de croissance opposées entre les deux espèces. L’épaisseur de la couche organique n’avait que peu d’effet sur les relations croissance-climat de l’épinette noire, mais modifiait la réponse du peuplier faux-tremble à certaines variables climatiques. L’épinette noire aura probablement une réponse relativement uniforme aux changements climatiques dans la région, alors que la réponse du peuplier faux-tremble pourrait varier localement selon l’épaisseur de la couche organique. Les réponses spécifiques à chacune des deux espèces au climat annuel et aux anomalies climatiques pourraient induire une séparation temporelle des niches écologiques et permettre une accumulation de biomasse plus constante lors d’extrêmes climatiques dans les peuplements mixtes, comparées aux peuplements purs. Que les changements climatiques aient des effets bénéfiques sur ces deux espèces ou non dépendra principalement de la balance entre la hausse des températures et l’augmentation des précipitations. Les changements climatiques auront des impacts spécifiques sur chaque espèce, qui varieront aussi selon les conditions édaphiques, ultimement menant à des taux de croissance différents entre les espèces et les sites. En augmentant la résilience de la forêt boréale, conserver des peuplements mixtes pourrait permettre de réduire les risques d’observer des effets néfastes des changements climatiques sur la productivité des forêts.