Résumé - CAFD


Mineralization rates and factors influencing snag decay in four North American boreal tree species.

Virginie-Arielle Angers, Pierre Drapeau, Yves Bergeron.

La vitesse à laquelle le bois des arbres morts se décompose influence plusieurs processus écologiques. Les taux de décomposition des billes au sol ont été largement documentés, mais les taux de décomposition des chicots et les facteurs qui les influencent ont reçu beaucoup moins d’attention, particulièrement dans le cas des espèces boréales des forêts de l’est de l’Amérique du Nord. Dans cette étude, nous avons mesuré le taux de minéralisation (c.-à-d. la perte de densité du bois) des chicots de quatre espèces boréales : le peuplier faux-tremble (Populus tremuloides Michx.), le sapin baumier (Abies balsamea (L.) Mill.), le pin gris (Pinus banksiana Lamb.) et l’épinette noire (Picea mariana (Mill.) Britton, Sterns, Poggenb.). La densité du bois et les variables qui pouvaient influencer le taux de minéralisation (temps écoulé depuis la mort, âge, croissance radiale moyenne, diamètre à hauteur de poitrine, activité des cérambycidés et des scolytes) ont été mesurées sur des disques prélevés sur 207 chicots dans le nord-ouest du Québec, au Canada. Le taux de minéralisation différait significativement selon l’espèce d’arbre. Le taux de minéralisation du peuplier faux-tremble était plus élévé que ceux des conifères (k = 0,0274). Le pin gris occupait le deuxième rang (k = 0,0152), suivi du sapin baumier (k = 0,0123). L’épinette noire s’est révélée particulièrement résistante à la minéralisation (k = 0,0058) alors que la densité de son bois n’était pas significativement influencée par le temps écoulé depuis la mort durant la période à l’étude. Le temps écoulé depuis la mort et l’activité des cérambycidés étaient associés à une densité du bois plus faible chez le peuplier faux-tremble, le sapin baumier et le pin gris, alors que la croissance plus lente de l’épinette noire était associée à des taux de minéralisation plus lents.