Résumé - CAFD


Étude de la rentabilité de différentes stratégies d’aménagement forestier en forêt boréale du Nord de l’Abitibi.

Thibault Pasturel.

Au Québec, l’entrée en vigueur du nouveau régime forestier prévue pour avril 2013 va modifier la manière dont la forêt sera aménagée et exploitée. L’introduction du concept d’aménagement écosystémique a pour but de permettre la mise en place de pratiques garantissant à la fois le maintien d’attributs naturels et sociaux de la forêt tout en offrant un rendement suffisant pour les exploitants. Parmi ces pratiques, on compte notamment l’introduction de contraintes à l’échelle des Compartiments d’Organisation Spatiale (COS) et l’intensification de l’usage de la coupe partielle dans le but d’imiter les perturbations naturelles.

Cette étude a pour objectif d’évaluer l’effet de la mise en place de stratégies d’aménagement écosystémiques sur le niveau de possibilité forestière ainsi que sur le coût des opérations et sur la valeur des bois à l’échelle d’une Unité d’Aménagement Forestier (UAF). Pour cela, nous avons évalué la rentabilité comparative de différents plans d’aménagement en calculant la Valeur Actualisée Nette (VAN) de deux types de scénarios simulés sur un horizon de 150 ans (30 périodes quinquennales), sur l’UAF 85-51 située au Nord-Ouest de l’Abitibi. Le premier scénario appelé RNI a été réalisé en conformité avec la Règlementation des Normes d’Intervention (RNI) en vigueur jusqu’à mars 2013. L’atteinte des objectifs fixés par cette réglementation a essentiellement été assurée par l’application de contraintes de forêts résiduelles et d’encadrements visuels des coupes à l’échelle des Unités Territoriales de Référence (UTR). Les trois autres scénarios appelés Aménagement Écosystémique (AMEC) ont pris en compte les enjeux du futur régime forestier concernant la répartition spatiale des agglomérations de coupe, le maintien de forêts matures et surannées, la protection d’habitats essentiels pour des espèces menacées ainsi que le maintien de la productivité du territoire. L’intégration de ces enjeux a nécessité l’application de contraintes à une échelle plus fine que celle des UTR, au niveau des Compartiments d’Organisation Spatiale (COS). Par ailleurs, l’analyse de l’effet de l’intensification de la coupe partielle a été introduite au niveau du volume cible de coupe partielle à réaliser par période quinquennale par scénario selon le gradient suivant : RNI doit réaliser 1377 ha de coupe partielle, AMEC01 doit en réaliser 1707 ha, AMEC02 3220 ha et AMEC03 5179 ha (correspondant au niveau maximum possible).

Pour estimer les flux monétaires (revenus moins coûts) nécessaires au calcul de rentabilité, nous avons déterminé les coûts potentiels relatifs aux activités d’exploitation forestière (i.e. création et entretien des chemins pendant la récolte, récolte en CPRS, récolte en CP, chargement, transport, camps forestiers, droits de coupe, frais de CAAF et coûts indirects) sur l’ensemble de la période de simulation. Afin de prendre en compte la variation spatiale de ces coûts, ceux-ci ont été définis à l’échelle des COS. Nous avons ensuite déterminé les revenus potentiels en estimant un prix d’achat entrée d’usine par classe de diamètre pour les bois résineux (entre 47,91 et 67,51 $/m3) et un prix unique pour les bois feuillus (40 $/m3). En outre, l’estimation des revenus par classe de diamètre a nécessité d’associer aux données de croissance en volume de nos modèles des données correspondantes d’évolution en diamètre issues des tables de rendement de Pothier et Savard (1998). Une fois paramétrés, les scénarios ont été optimisés à l’aide du logiciel Woodstock (Saucier et Groot, 2008) afin d’estimer la possibilité forestière sur 150 ans et d’en déduire les coûts et revenus d’exploitation correspondants.

Les résultats des optimisations ont montrés que le scénario RNI prévoit de récolter 3,1 million de m3 de bois par période quinquennale, soit 8,60 % de plus que le scénario AMEC01, 11,94 % de plus que AMEC02 et 16,35 % de plus que AMEC03. Ensuite, les résultats des contraintes introduites au niveau des COS ont montré que les scénarios AMEC permettent de réaliser un gain par rapport au RNI de 19 à 29 % au niveau de la superficie moyenne de forêts matures et surannées et de 3,8 à 5% au niveau de la superficie moyenne de forêts productives de 7 mètres et plus. Puis, les résultats de calculs de coûts d’exploitation ont montrés que ceux-ci sont légèrement plus élevés pour les scénarios AMEC que pour RNI (de 55,37 à 55,57 $/m3 pour les scénarios AMEC contre 55,14 $/m3 pour RNI). Puis, les calculs de rentabilité ont montrés que pour un taux d’actualisation initial fixe entre 2 et 6% dégressif à partir de 30 ans, tous les scénarios sont rentables, la VAN de RNI se situant entre 0,49 et 5,24 $/m3, celle de AMEC01 entre 0,45 et 7,39 $/m3, celle de AMEC02 entre 0,27 et 5,60 $/m3 et celle de AMEC03 entre 0,19 et 3,74 $/m3. Enfin, les résultats de VAN ont permis de constater que AMEC03 présente le niveau maximum de coupe partielle réalisable selon les contraintes du futur régime forestier et, comme RNI, est le seul scénario AMEC à pouvoir intégrer le rendement soutenu pour les trois groupes d’essences principales de l’UAF (SEPM, BOP et PEP). AMEC03 nous est donc apparu comme le scénario de référence par rapport au RNI.

Au total, notre étude a démontré que la mise en place d’une stratégie d’aménagement écosytémique par l’introduction de contraintes au niveau des COS a pour conséquences une réduction de la surface disponible à la récolte et donc de la possibilité forestière. Cette baisse peut toutefois être amenuisée en ayant recours à la coupe partielle dont le surcoût reste marginal par rapport à la CPRS et permet à l’approche écosystémique de rester une stratégie rentable.