Résumé - CAFD


Contrasting responses of epiphytic and terricolous lichens to variations in forest characteristics in northern boreal ecosystems.

Catherine Boudreault, Pierre Drapeau, Mathieu Bouchard, Martin-Hughes St-Laurent, Louis Imbeau, Yves Bergeron.

Les principaux facteurs qui déterminent la composition des communautés de lichens sont encore mal connus dans les écosystèmes boréaux nordiques. Cette étude compare les effets des caractéristiques (hauteur, couvert forestier et âge) des peuplements forestiers sur les communautés de lichens épiphytes fruticuleux et terricoles à travers une vaste région située à la limite ente les forêts boréales à couvert fermé et les forêts nordiques ouvertes dans la province de Québec (Canada). Le jeu de données est composé de 875 placettes réparties sur un territoire de 242?000 km2 qui s’étend entre les extrémités est et ouest de la province. La biomasse des lichens épiphytes fruticuleux (Alectoria, Bryoria, Evernia et Usnea) a été évaluée à l’échelle de la branche, de l’arbre et de la placette; le recouvrement de lichens terricoles (Cladonia spp.) a été évalué à l’échelle de la placette. Les résultats montrent que les lichens épiphytes et terricoles réagissent de façon significative mais différente aux variations des caractéristiques de la forêt. À l’échelle de la placette, la biomasse des lichens épiphytes était la plus élevée dans les plus vieux peuplements (>100 ans), et la plus faible dans les peuplements avec un faible couvert forestier (<25%) ou dans les peuplements dominés par des arbres de petite taille (<7 m). Par contre, le recouvrement de lichens terricoles était le plus élevé dans les peuplements dominés par des arbres de petite taille (<7 m) ou de taille intermédiaire (7–12 m) et le plus faible dans les peuplements avec un couvert forestier relativement important (>40 %) ou dans les peuplements d’âge intermédiaire (60–100 ans). La composition en espèces des communautés épiphytes a également été étudiée et certaines espèces ou genres étaient étroitement associés aux peuplements plus vieux (Alectoria sarmentosa (Ach.) Ach., Bryoria spp.), ou à des régions particulières le long du gradient est-ouest d’environ 1500 km (Evernia mesomorpha Nyl. à l’ouest, Bryoria spp. au centre et A. sarmentosa à l’est). En termes de conservation, ces résultats indiquent que les communautés de lichens épiphytes sont potentiellement sensibles à l’exploitation préférentielle des vieux peuplements. Les communautés de lichens épiphytes et terricoles sont aussi potentiellement sensibles aux effets appréhendés des changements climatiques tels que l’augmentation de la fréquence des feux ou l’augmentation de la croissance de la forêt.