Résumé - CAFD


Current status and future directions of traditional ecological knowledge in forest management: a review.

Marianne Cheveau, Louis Imbeau, Pierre Drapeau, Louis Bélanger.

Abstract:

In the last 25 years, the number of published studies that refer to traditional ecological knowledge (TEK) has constantly increased, with now more than 200 papers published each year. The objective of this review was to determine how this knowledge is used in current forest management around the world, and how local communities are involved in forest management planning. Published papers from 1983 to 2005 relating to TEK were found using the ISI Web of Science database. Despite the growing amount of literature published on TEK, we found only 21 studies that specifically address forest management per se. In these studies, TEK integration took different paths: using traditional management rules as a framework (five studies), using value maps to adapt practices in time and space (three studies), or by a zoning process that divides the land into areas in which different land uses are emphasized (six studies). Some community involvements are “active” with co-management committees composed of stakeholders (including community members), each having a voice; some are “passive” with external managers using criteria and indicators previously developed from community values and objectives. Although important changes in mentality and firm political decisions are still required before more efficient partnership between TEK and western science is reached in forest management planning, our review showed that Canadian initiatives proposed promising processes that could ensure better TEK incorporation and improved community participation.

Résumé:

Au cours des 25 dernières années, la quantité d’études traitant des savoirs écologiques traditionnels (SET) a constamment augmenté, atteignant maintenant plus de 200 publications par an. L’objectif de cette revue de littérature était de déterminer comment ces connaissances sont utilisées aujourd’hui pour l’aménagement forestier à travers le monde, et comment les populations locales sont impliquées dans la planification de l’aménagement forestier. Tous les articles traitant des SET, publiés entre 1983 et 2005, ont été extraits à partir de la base de données ISI Web of Science.Malgré l’abondance de littérature publiée sur les SET, seulement 30 études abordaient spécifiquement l’aménagement forestier comme tel. Dans ces études, l’intégration du SET pouvait prendre différentes avenues : s’inspirer des règles ancestrales de gestion (cinq études), adapter les pratiques dans le temps et l’espace en fonction des valeurs à priorizer (trois études), ou en divisant le territoire en zones à vocations différentes basées sur l’utilisation des terres (six études). L’engagement des communautés pouvait être « actif », à travers des comités de co-gestion composés des différents utilisateurs de la forêt (incluant des membres de la communauté), chacun ayant une voix ; ou « passif » lorsque des aménagistes extérieurs utilisaient des critères et indicateurs développés à partir des valeurs et objectifs de la communauté. Cependant, d’importants changements de mentalité et des décisions politiques fermes seront encore nécessaires avant de voir une participation entière des communautés et une incorporation effective des SET et de la science occidentale dans la planification forestière. Il semble, par ailleurs, que plusieurs initiatives canadiennes présentent des processus prometteurs pour s’assurer de l’incorporation des savoirs traditionnels et pour instaurer une gestion participative.