Résumé - CAFD


Augmentation du couvert en peuplier faux-tremble dans les pessières noires du nord-ouest du Québec après coupe totale.

Simon Laquerre, Alain Leduc, Brian Harvey.

En forêt boréale de l’est du Canada, le terme enfeuillement est généralement réservé au phénomène d’augmentation de la proportion relative de feuillus de lumière, notamment du peuplier faux-tremble (Populus tremuloides), qui survient après coupe forestière. Il est perçu comme un processus qui, bien qu’ayant cours à une échelle locale, a des répercussions à l’échelle régionale. L’objectif de cette étude était de caractériser l’augmentation du couvert de peuplier suite à la coupe totale dans la plaine argileuse de l’Abitibi, dans le nord-ouest du Québec. Les données de 3 inventaires forestiers provinciaux (1970, 1980 et 1990) du ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec ont été analysées pour 2 régions écologiques, la plaine de l’Abitibi (sous-domaine de la sapinière à bouleau blanc de l’Ouest) et la plaine du lac Matagami (sous-domaine de la pessière à mousses de l’Ouest). Un bilan des transformations qu’a subi le couvert forestier sous l’influence des coupes totales sur près de 3 décennies a été dressé en fonction du temps écoulé depuis la coupe, du dépôt/drainage et de la région écologique. Les résultats montrent que les argiles mésiques sont particulièrement sensibles à l’enfeuillement par le peuplier et que le taux global d’enfeuillement dans la sapinière et la pessière est d’environ 30 % entre les années 1970 à 1990. Par ailleurs, malgré une plus grande abondance de milieux humides et organiques peu propices à l’établissement du peuplier dans la région de la pessière, les 2 régions comparées semblent démontrer la même sensibilité (ou propension) à l’enfeuillement. Sur les sites considérés sensibles, la pessière noire devrait donc faire l’objet de pratiques d’aménagement adaptées visant à limiter l’augmentation de la composante feuillue.