Appelez-nous aujourd'hui 819-762-0971 poste 2362

Youssef Kraida

youssef.kraida@uqat.ca
Ingénieur des Eaux et Forêts spécialisé en aménagement forestier, très heureux de rejoindre l’UQAT et l’IRF en particulier.
Je suis passionné par les sciences de l’environnement et j’adore la randonnée en pleine nature.

Quantification des écarts de volumes de bois entre ceux prévus par Woodstock et ceux réellement récoltés ou encore ceux disponibles à la récolte dans un avenir rapproché

Le calcul des possibilités forestière est une étape essentielle de la planification forestière. Il se fait en interaction avec l’élaboration de la stratégie d’aménagement. Le calcul des possibilités forestières constitue un exercice de modélisation sur un horizon de planification qui dépasse généralement la durée moyenne d’une révolution forestière. La simulation de l’évolution des strates forestières est une étape clé dans le processus du calcul de la possibilité forestière. Conséquemment, le recourt à des modèles de simulation s’avère nécessaire. Or, le choix d’un modèle ou d’un autre peut influencer largement les résultats du calcul. Jusqu’au récemment, les tables de rendement de Pothier et Savard (1998) servant de base au calcul des possibilités forestières ont été largement utilisées au Québec. Cependant, l’usage de ces tables de rendement a soulevé plusieurs questions, du fait que la majorité de ces tables ont été développées à partir de peuplements monospécifiques équiennes issus de perturbations naturelles (Pothier et al., 2003). Ces tables reposent sur la prémisse que l’évolution des peuplements après la coupe s’apparente aux conditions de croissance habituellement observées après feu. Ce projet de recherche vise à vérifier les hypothèses de croissance et rendement qui alimentent le calcul des possibilités forestières.