Appelez-nous aujourd'hui 819-762-0971 poste 2362

10. Détermination des seuils critiques de perturbations dans la forêt boréale (pessières et forêts mixtes) dans l’ouest du Québec.

Responsable

 Nicole J. Fenton

Collaborateurs

 Juan Carlos Villareal, Philippe Marchand, Mathieu Bouchard, Annie Belleau, Sophie Dallaire

Étudiants

 Enrique Hernandez Rodriguez

Problématique

Bien qu’on ait de l’information à l’échelle du paysage sur la quantité de vieille forêt et l’organisation des secteurs en régénération, on a peu d’information sur l’importance de la forêt résiduelle dans les secteurs rajeunis, surtout que la forêt fermée (7m et plus) est souvent considérée dans ces totaux. Nous manquons donc d’information sur l’influence de la qualité de l’habitat (7m et plus versus vieilles forêts de 100 et plus) et sur l’importance de l’organisation spatiale de la forêt mature et vieille pour différentes échelles. La configuration spatiale est importante parce que certaines espèces sont limitées dans leur capacité de dispersion où l’habitat est présent en trop faible quantité. La distance à parcourir entre habitats propices devient donc un facteur important à prendre en compte. Dans un contexte de changements globaux avec plus de stress sur le paysage, une compréhension de l’importance de la configuration spatiale devient encore plus importante.

Objectifs

Déterminer l’impact des habitats (qualité et quantité) et leur disposition spatiale dans le paysage sur la composition des communautés de bryophytes dans des forêts résiduelles.

Méthodologie

Dans ce projet, nous allons examiner l’impact de la composition et de l’organisation d’un paysage forestier sur les espèces de bryophytes trouvées à un point donné. Ceci consiste à étudier la présence et l’état des populations de bryophytes à l’intérieur de points d’échantillonnages dans les vieilles forêts et dans des forêts de 7 m et plus (mais moins de 100 ans) répartis à l’intérieur d’un grand territoire, et à examiner la composition et la structure spatiale des paysages autour de ce même point. Par la suite, les caractéristiques du paysage forestier autour de chaque point d’observation seront documentées pour différentes tailles de paysage (par exemple 5kmx5km, 10kmx10km…). Des statistiques sur la composition et la structure spatiale des différents types de peuplement (composition, âge, historique de perturbation), et de territoire non-forestier seront calculés afin de documenter la quantité et la qualité d’habitat et son arrangement spatial (Wang et al. 2014).

Retombées escomptées

Avec ce projet, nous serons en mesure de déterminer si la forêt à 7m est équivalente aux vieilles forêts comme forêt résiduelle dans des paysages hautement aménagés pour un groupe d’espèces indicatrices (les bryophytes) en pessière et sapinière à bouleau blanc. Nous serons aussi en mesure de déterminer les seuils de forêt (7m et plus ou vieilles forêts dépendant de la réponse précédente) résiduels nécessaire pour maintenir les espèces indicatrices sur le paysage.

Applicabilité

Pessière à mousses et sapinière à bouleau blanc

Livrables

Les résultats seront communiqués sous forme d’articles scientifiques et sous forme d’une ou deux notes de recherche.

Avancement

En cours

Organismes subventionnaires

 MFFP, Coopérative, CRSNG-RDC

Financement annuel

56 055 $

Durée

2018-2022

Dernière mise à jour : 2019-06-22 17:13:04