Appelez-nous aujourd'hui 819-762-0971 poste 2362

PROJET DE MAÎTRISE EN ÉCOLOGIE FORESTIÈRE

Évaluation de la régénération 25 ans après feu et coupe de récupération

Contexte et objectifs : La dynamique de régénération après perturbation est méconnue dans les stades intermédiaires de rétablissement des peuplements. En effet, plusieurs études portent sur les impacts des perturbations naturelles et/ou anthropiques sur la régénération et la succession dans les années qui succèdent la ou les perturbations, mais peu de suivis à longs termes existent. Les feux de forêt et les coupes de récupération ne font pas exception à cela. La majorité des études sur les impacts des coupes de récupération sur l’écosystème post-feu se fait dans les 5 premières années. On manque donc de connaissance sur les impacts de la sévérité du feu et de la coupe de récupération sur la succession forestière. Pourtant, comprendre les stades de développement intermédiaires des peuplements affectés par une ou des perturbations peut nous permettre de prévoir les accidents de régénération ou encore les patrons de succession naturelle. En juin 1997, un feu de cime de 12 500 ha touche la forêt près de la municipalité de Val-Paradis, dans le Nord-du-Québec. Les peuplements touchés étaient âgés de 65 à 85 ans et majoritairement composés d’épinette noire (Picea mariana (Mill.) B.S.P.), de pin gris (Pinus banksiana Lamb.) et de peuplier faux-tremble (Populus tremuloides Michx.). Des peuplements mixtes composés de bouleau à papier (Betula papyrifera Marsh.), d’épinette blanche (Picea glauca (Moench)) et occasionnellement de sapin baumier (Abies balsamea (L.) Mill.) étaient aussi présents en proportion plus faible. Le feu a affecté la canopée à différents niveaux de sévérité. Des coupes de récupération ont eu lieu plus tard la même année sur la majorité de la superficie du feu mais 36 ha de forêt brûlée ont été laissés intacts. Un inventaire s’est fait après le feu, puis après la coupe de récupération et, depuis, se fait en moyenne aux 3 à 5 ans. Ainsi, le dispositif du feu de Val-Paradis est unique puisqu’il est un des rares dispositifs de suivi long terme des perturbations. L’objectif général de ce projet sera d’évaluer l’état de la régénération 25 ans après feu et coupe de récupération. Plus spécifiquement, il visera à déterminer (a) la composition, (b) la taille, et (c) la dynamique temporelle de la régénération après des feu de différentes sévérités et après une coupe de récupération. De plus, les variables du site influençant le processus de régénération après perturbations multiples seront évaluées. Mots-clés : feu, coupe de récupération, régénération, succession, écologie forestière, perturbations successives.

Profil recherché

Profil recherché : - Scolarité: Baccalauréat en sciences forestières, biologie, aménagement ou autres domaines connexes. - Exigences: Permis de conduire valide, capacité à travailler dans une équipe multidisciplinaire et à réaliser des travaux sur le terrain dans des endroits éloignés. - Équité, diversité et inclusion : Les candidatures de personnes issues des groupes sous-représentés seront priorisées (personnes autochtones, minorités ethniques et visibles, LGTBI+, femmes). Ça vous intéresse? Envoyez votre (1) curriculum vitae, (2) une lettre de motivation, (3) le plus récent relevé de notes et (4) les coordonnées de deux références par courriel à Miguel Montoro Girona (miguel.montoro@uqat.ca) et à Kaysandra Waldron (kaysandra.waldron@canada.ca). L’examen des candidatures débutera le 31 mars 2021 et se poursuivra jusqu’à ce que le poste soit comblé. Au plaisir de travailler avec vous!

Lieu

Lieu d’étude : L’étudiant(e) sera basé(e) à l’Institut de recherche sur les forêts (IRF) au campus d’Amos de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. L’IRF est dynamique, multiculturel, international et offre un environnement de qualité aux étudiant(e)s pour le développement de la recherche, avec 12 professeurs et plus de 60 étudiant(e)s aux cycles supérieurs qui travaillent sur des sujets très diversifiés comme la modélisation, la sylviculture, la génétique, la biodiversité, l’écophysiologie et l’aménagement durable de la forêt. Les étudiant(e)s de l’IRF bénéficient aussi des ressources et opportunités (bourses, participation à des conférences, ateliers) de développement professionnel offertes par le Centre d’étude de la forêt. Par ailleurs, l’étudiant(e) sera membre du GREMA (Groupe de recherche en Écologie de la MRC Abitibi), de la Chaire en aménagement forestier durable (http://chaireafd.uqat.ca/), et du Groupe International des forêts froides (https://forets-froides.org/). L’étudiant(e) effectuera aussi un séjour au Centre de foresterie des Laurentides à Québec. Liens d’intérêt pour mieux connaître la région: • Ville d’Amos : https://amos.quebec/ • MRC-Abitibi : https://mrcabitibi.qc.ca/ • Parc d’Aiguebelle : https://www.sepaq.com/pq/aig/ • Tourisme Abitibi-Témiscamingue : https://www.abitibi-temiscamingue-tourism.org/.

Renseignements

Miguel Montoro Girona (miguel.montoro@uqat.ca) et Kaysandra Waldron (kaysandra.waldron@canada.ca).