Appelez-nous aujourd'hui 819-762-0971 poste 2362

PROJET DE DOCTORAT

Nouveaux traitements sylvicoles pour réussir l'aménagement durable de la forêt boréale : évaluation des impacts sur la biodiversité et sur l'avenir de la régénération

Le Canada est le troisième pays du monde en termes de superficie forestière avec 347 millions ha. Jusqu'à aujourd'hui, le traitement sylvicole le plus utilisé a été la coupe totale, représentant 93% de la surface récoltée dans la forêt boréale canadienne. Les impacts de cette méthode de coupe sur la forêt vierge en ce qui a trait à la perte de biodiversité, à la vulnérabilité de la régénération, aux perturbations naturelles et à la durabilité des ressources forestières sont bien connus. Nous vivons une situation critique dans la forêt boréale en raison de l'homogénéisation, de la simplification de la structure forestière, de l'uniformisation des peuplements en ce qui a trait aux essences, ainsi que du rajeunissement généralisé du couvert forestier. Pour ces raisons, il importe de développer des traitements sylvicoles novateurs afin de fournir des stratégies alternatives de gestion forestière visant à la diversification des peuplements, et à l'augmentation de la capacité d'adaptation et de la résilience face aux changements climatiques en forêt boréale canadienne. L'aménagement forestier écosystémique propose l'utilisation de coupes partielles afin d'intégrer les objectifs écologiques, économiques et sociaux dans la planification sylvicole. Bien que les coupes partielles soient de plus en plus utilisées, elles ne sont pas adaptées aux conditions canadiennes et y demeurent peu étudiées, notamment les coupes progressives régulières (CPR). Pour cela, une évaluation sylvicole des CPR, apte à fournir des outils d'applications de ces traitements dans la stratégie forestière du Canada est requise.

Profil recherché

  • Formation : Maîtrise en écologie, en foresterie ou en biologie avec un intérêt pour la sylviculture et leurs applications dans un contexte d'aménagement forestier durable face aux changements climatiques;
  • Exigences : Permis de conduire, capacité à travailler dans une équipe multidisciplinaire et à réaliser des travaux sur le terrain dans des endroits éloignés. Les compétences en analyses statistiques et communication scientifique (orale et écrite) seront prises en compte;
  • Attitude : On cherche une personne dynamique, autonome, curieuse, responsable et motivée;
  • Équité, diversité et inclusion : les candidatures de personnes issues des groupes sous-représentés seront priorisées (personnes autochtones, minorités ethnique et visibles, LGTBI+, femmes)

Lieu

L’étudiant(e) sera basé(e) à l’Institut de recherche sur les forêts (IRF; https://www.uqat.ca/programmes/irf/) au campus d’Amos de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT). L’IRF est dynamique, multiculturel et international et offre un environnement de qualité aux étudiant-e-s pour le développement de la recherche, avec 12 professeurs et plus de 60 étudiant-e-s aux cycles supérieurs qui travaillent sur des sujets très diversifiés comme la modélisation, la sylviculture, la génétique, la biodiversité, l’écophysiologie et l’aménagement durable de la forêt. Les étudiants de l’IRF bénéficient aussi des ressources et opportunités (bourses, participation à des conférences, ateliers) de développement professionnel offertes par le Centre d’étude de la forêt (www.cef-cfr.ca). Le candidat-e travaillera en proche collaboration avec les partenariats du projet (CRSNG, Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), Produits Forestiers Resolu, Rayonier Advanced Material – RYAM Gestion Forestière et SCF) et avec les organismes régionaux (MRC Abitibi, Association forestière du Saguenay, Association forestière de l’Abitibi-Témiscamingue). Par ailleurs, l’étudiant(e) sera membre du Groupe de recherche en Écologie de la MRC Abitibi (GREMA), de la Chaire en aménagement forestier durable (http://chaireafd.uqat.ca/), et du Réseau de recherche International Forêts Froides (https://forets-froides.org/). Dans le cadre du projet, la personne choisie aura aussi l’option de réaliser un stage international financé avec nos collaborateurs en Finlande (Université d’Helsinki) ou en Suède (Swedish University of Agricultural Sciences (SLU)).

Renseignements

Envoyez votre (1) curriculum vitae, (2) une lettre de motivation, (3) un relevé de notes et (4) les coordonnées de deux références à Miguel Montoro Girona (miguel.montoro@uqat.ca). L’examen des candidatures débutera le 10 février 2021 et se poursuivra jusqu’à ce que le poste soit comblé. Une aventure professionnelle dans la grande forêt boréale vous attend!